L A - W T F
x
vous aussi
dites que vous aimez La WTF

Énora malgré moi : "Je ne plais qu'à l'étranger"

Et franchement, ça commence à faire cher le billet d'avion !

Par Énora Malagré  - Illustration : © iStock

Il est vrai que ma micro-notoriété peut, à certains moments, fausser la donne dans mes rapports humains.

Lorsque je rencontre un mec en soirée, dans 90 % des cas, il sait qui je suis. Ou au moins, vaguement. Lorsqu’il se rend compte que j'ai été « la Énora de TPMP », 3 solutions possibles : soit il se barre dans la seconde car, comme plein de gens, il trouve que l’émission est honteuse (c’est devenu très à la mode de mépriser cette émission maintenant. Curieuse France où on ne peut pas s’empêcher de brûler ce qu’on a aimé), soit il me demande un coup de gueule immédiat « ah, c’est toi celle qui criait tout le temps ! Ah, mais je te détestais ! Tu es plus belle en vrai ! Et puis, tu es hyper-sympa, en fait ! Vas-y, fais-nous un coup de gueule pour voir ! » L’ENFER), soit il m’invite à dîner la semaine qui suit, sans mot dire et avec un sourire qui sent la bienveillance. Lorsque c’est la troisième option, et que le prétendant est digne d’intérêt, j’accepte le dîner, non sans émotion.

Et là encore : 3 options. Soit, finalement, il passe sa soirée à me poser des questions sur TPMP. Et là, du coup, j’ai la sensation d’être en interview pour Télé 7 Jours et j'ai envie de crever. Parfois même, le dîner se termine avec un « tu passeras le bonjour à Cyril, hein ! » Mais oui bien sûr, je vais appeler Cyril en lui disant « hey, Cyril, tu sais quoi ? Benjamin, que tu ne connais absolument pas et que tu ne verras jamais de ta vie et qui, de surcroît, est un trou de balle vide de sens avec qui j'ai perdu deux heures de mon temps dans un resto pourri du 8ème arrondissement, te salue ! » Abruti, va !

Soit, au bout de deux minutes, je m’ennuie depuis l’au-delà et je me retrouve à monologuer avec ma voix qui part dans les aigus (sans surprise, le mec part avant le dessert).

Soit je tombe sur une perle. Dans ce cas, je l’écoute, je passe ma main dans mes cheveux, je cite tous les auteurs du 19eme siècle que je connais, je parle de musique car c’est le seul sujet que je maîtrise, je baisse le timbre de ma voix et adopte ma « voix de radio ». LOL. Je lui fais un joli regard, je ne souris pas trop pour pas qu’il grille que j'ai les plus grandes dents d’Europe. Bref, je suis au max ! Et bizarrement, il ne me rappelle pas.

MAIS QUE SE PASSE-T-IL ? Je sombre dans une bébé-déprime, je me dis que je suis la plus nulle, la plus bête, la plus moche.

Mais quand je pars à l’étranger, c’est tout l’inverse ! OUI, la Énora fait un carton, passé la frontière. C’est fou, non ?

La première fois que j'ai commencé à me rendre compte de mon Mojo Monde, j’étais avec ma Justine en vacances à Formentera. Je sortais d’une histoire secrète avec le pire des salopards (je vous révélerai sans doute un jour qui est ce porc), et j’étais ravagée. Plus aucune confiance en moi, une ombre qui flotte. J’avais perdu beaucoup de poids et d’amour-propre. Justine m’a adorablement traînée en vacances pour me remettre « un peu de sang dans le corps », comme elle dit.

Formentera, c’est notre île. C’est là où notre amitié est devenue bétonnesque et où les ennuis s’envolent. On y retrouve notre bande de potes tous les ans, les restos sont divins, la mer est douce, les couchers de soleil sont festifs, Laurent et Annette organisent leur traditionnelle paella… J’y suis heureuse. Cet été-là donc, je ne suis que la moitié de moi. Et la mauvaise.

Un soir, nous allons dîner avec toute notre bande dans notre resto fétiche. Et là… mon cœur se remet à battre que ça m’en a presque fait mal. Un merveilleux serveur s’approche de moi pour délicatement me poser une assiette de pâtes aux gambas. Mes yeux croisent les siens, c’est le plus beau garçon que j'ai vu de ma vie. Il s’appelle Eduardo, il est brésilien et fait la saison sur notre île.

Je regarde Justine car je suis perdue. J'ai l’impression de retrouver mes pouvoirs. Elle me pousse à donner mon numéro. Je suis folle, j'ai peur mais je le fais.

Il accepte le petit bout de papier que je lui tends fébrilement. Il sourit, me parle avec son accent brésilien à faire fondre un magnum aux amandes, et me donne rendez-vous pour un dîner en tête à tête le lendemain soir. Il est off.

Je me rends donc à ce dîner pour lequel Justine m’avait habillée très élégamment. Petite robe blanche et sandales dorées, à peine maquillée (pas besoin, c’est l’été) et surtout, débarrassée de tout stress parce qu’au fond, je n’avais rien à perdre.

Évidemment, il ne savait pas qui j’étais… comme 99 % des gens (à Paris, j'ai l’impression qu’il y a tout le 1% restant).

J’ai passé une soirée merveilleuse. J'ai parlé de musique, je n’ai pas trop souri, j’ai mis ma main dans mes cheveux. Bref, j’ai fait comme d’hab. Sauf que cette fois-là, ça a marché ! Edouardo me répondait, m’écoutait, riait, me parlait de sa vie au Brésil, de son parcours, de ses envies, de ses peurs… On a marché le long de la plage où il m’a embrassée. C’était tellement cliché mais tellement beau et je n’étais pas gênée. Mais surtout, le lendemain, il m’a rappelée ! ALLELUIA !

Nous avons passé l’été ensemble, à rire et à danser, à s’enlacer, à prévoir l’avenir. C’était divin. J’étais à nouveau moi-même. On a continué cette belle histoire pendant plusieurs mois car il est venu à Paris. C’était le bonheur. Et puis, la vie nous a séparés, sans heurts ni regrets. C’est ainsi. Mais Eduardo m’a fait tomber amoureuse à nouveau. Et du Brésil aussi ! En tout cas, il a surtout amorcé quelque chose qui s’est révélé vrai à chaque fois : je ne plais qu’à l’étranger.

Après cette histoire, le quotidien français et parisien m’a rattrapé et là, chou blanc. Aucune rencontre concluante. Rien ! Zéro !

Je pars en Italie, à Rome, où je rencontre Federico qui me fait la cour pendant une semaine. J'ai l’impression d’être dans le film La Dolce Vita et de vivre carrément dans la fontaine… Quel bonheur : je me sens belle dans ses yeux, c’est une folie !

Un mois après, je pars à Naples où je rencontre Enrico, jeune artiste en devenir, qui me regarde toute une soirée avec envie comme on regarde avec gourmandise une panna cotta. Il avance vers moi avec l’assurance d’un lion, je succombe et l’embrasse. Il ne s’est rien passé d’autre. Nous avons parlé toute la nuit, il m’a trouvé passionnante, lui était fascinant. Je me suis sentie tellement brillante…

L’année d’après, je pars à Marrakech pour la Saint-Sylvestre. Je suis déprimée, je suis moche et pâlotte, fatiguée, ça se passe mal au boulot, mes émissions ne marchent pas, je me demande à quoi je sers… Bref, la petite est au BDR ! (Bout Du Rouleau). Nous sommes dans une soirée avec des potes où je m’ennuie. Je suis repliée sur moi-même et emmitouflée dans une cape rouge bordeaux. Medhi, 45 ans, sublime architecte de Marrakech, s’approche. Pas prétentieux mais sûr de lui, il me dit que je suis la plus belle de la soirée mais que j'ai l’air triste. Et que si je veux, on peut parler. Bah tiens ! Un peu que je veux parler ! Je lui ai bouffé le cerveau, le pauvre. Je l’ai pris pour mon psy et bien malgré cela, il m’a emmené dîner et m’a raccompagnée à mon hôtel en véritable gentleman. Il a essayé de m’embrasser mais j'ai refusé. Bon Dieu, je ne plais qu’à l’étranger ! Il m’a fait un bien, le Medhi… Le lendemain, je n’étais plus la même. Une vraie lanterne, la Eno !

Et enfin, je termine par le summum : mon voyage à Bali ! Je pars seule, trois semaines, pour me ressourcer et surfer. Le paradis. Je sors de l’eau avec ma planche trop grande et mes cheveux collés à mon grand front, j'ai les yeux rouges et sens la sole meunière. C’est à ce moment-là que Riley, surfeur australien de 34 ans, en vacances avec des potes, me demande de venir boire l’apéro au coin du feu le soir avec ses amis. À nouveau, le cliché. N’empêche que Riley m’a appréciée avec mon physique de pieuvre et nous avons eu une petite romance qui a duré 48 heures… C’était rafraîchissant. On a peu parlé mais beaucoup ri et il embrassait divinement, les filles ;) Il m’a dit qu’il était fou de moi… Peut-être a-t-il menti ? Je m’en fous, j'ai plu à Bali !

Alors, je vous le donne en mille : mon avenir sentimental se fera en dehors de Paris ! Ras-le-bol de la petite et de la grande couronne ! Je ne plais qu’à l’étranger : où vais-je donc aller m’installer ? J’attends vos conseils les amis ! Et si vous aussi, vous avez des love story mondiales, balancez-nous tout ça.

Pour ma part, je regarde sur ma mappemonde où le vent de l’amour pourra me guider. Bisous !

Énora Malagré

Partagez sur les réseaux !

Vous devez être connecté/avoir un compte pour ajouter une réponse !
Créer mon compte Se connecter

Les meilleurs commentaires
Marie-Chat
ce n est que mon humble avis , mais peut-être trouves tu l'amour à l'étranger parce que tu n'es pas la "même Eno'". Plus ouverte, plus vraie, et plus du tout cloisonnée par ton image média. en tout cas, tout le monde mérite l'amour et je te le souhaite 😉
Alexia Tbd
Je veut que tu soit heureuse le plus possible evidam’s mais si tu pouvait trouver à paris pour que je te voit sa m’arrangerai 😂❤️

COMMENTS
Alexia Tbd
Je veut que tu soit heureuse le plus possible evidam’s mais si tu pouvait trouver à paris pour que je te voit sa m’arrangerai 😂❤️
Marie-Chat
ce n est que mon humble avis , mais peut-être trouves tu l'amour à l'étranger parce que tu n'es pas la "même Eno'". Plus ouverte, plus vraie, et plus du tout cloisonnée par ton image média. en tout cas, tout le monde mérite l'amour et je te le souhaite 😉
Ju
Et ben les parisiens sont bien cons! Que l'amour, étranger ou français t'envahisse encore et encore...! 💕
pifpafpouf
C'est ta notoriété qui t'empêche de trouver quelqu'un ici ! Après.... l'Australie ou la Nouvelle Zélande, ça ne m'a pas l'air mal comme nouvelle destination 😂
Nana01
J’ai dévorer ton article , plein d’anecdotes aussi délirante l’une que l’autre. Il n’y a pas que tpmp dans ta vie et ta carrière tu as été chroniqueuse mais à l’heure d’aujourd’hui on peut di que ta carrière te sourie, toi et ton équipe vous avez créé un vrai forma, la WTF est jute au top, tu mérite qu’une seul chose s’est le bohneur je te souhaite de faire la rencontre de ta vie même si celle si ne se fait pas à Paris. On t’aime très fort peut importe tes décisions soit heureuse.😘❤️ Bonne continuation Énora
Mike62621
J'ai adorée l'article💞Ça me rends un peu triste pour toi que tu n'arrive pas à trouver en France 😔 Le plus important c'est ton bonheur,perso je serai pas quel pays te conseiller.Par contre le Nord ça m'a région et je n'ai que choses positives à dire sur le Nord.❤❤ Franchement on as de magnifique garçon et filles dans le Nord 💪💕
Nelly Nelly
Énora tu es tellement drôle attachante et jolie ... et en plus tu ne t’en rends pas compte ce qui renforce tes atouts . Ton article est juste génial ! Je suis sure que tu vas trouver ta moitié du moment que tu resteras celle que tu es vraiment :) Par contre si ça peut te rassurer, même sans notoriété rencontrer des boulets devient le lot de bcp de nanas celib aujourd’hui ;). Ne change rien tu es au top Énora
Flore Petton
C'est touchant de te voir te mettre à nu comme ça dans chacun de tes articles. Tu l'as dit toi-même : le problème c'est qu'à Paris les gens te collent une étiquette dès qu'ils savent qui tu aies, sans chercher à te connaître plus que ça. Alors qu'ailleurs tu peux vraiment être toi-même, la chouette femme pleine de vie qui mérite carrément d'être heureuse. Ne perd pas espoir, tu finiras par trouver la bonne personne. 💙
simpleman4704
c triste que le gens ne s’arrête que sur ce que tu a été et pas sur ce que tu es Enora il n'ont qu'une image déformée de toi et c regrettable tu mérite tellement d’être heureuse c bien le pire que je puisses te souhaiter puisses tu trouver le bonheur et d’être la plus heureuse possible bouille d'ange, j'aime tellement lorsque un sourire illumine ton magnifique visage soit heureuse épanouie et apaisée
kristoch
ça c'est le genre de choses qui fait vivement réagir les gens et provoque en particulier les (réactions des) haineux alors que si on recherche une mentalité méditerranéenne on l'a tout autour dont notre sud de la France où on retrouve les paysages d'Italie où tu t'es rendue en appréciant, sans oublier la Corse! La bretonne qui ose dire après avoir en immersion "revécue" là bas et s'être remise en question dans sa vie perso et professionnelle alors que stagiaire marin, qu'elle n'apprécie que l'étranger: mais pourquoi?! On est dans les idées reçues que l'herbe serait plus verte ailleurs, qu'il faut absolument aller "au soleil" et "dans les pays chauds" pour être réellement en vacances et enfin surtout que c'est allant au loin fuir les problèmes que les choses s'arrangent alors que ça c'est du matérialisme (ce qui correspond particulièrement bien à la mentalité des îliens et méditerranéens par ailleurs!!!) Je trouve cela dommage et dommageable. Il y a tant de belles choses à découvrir en France, dans les France parfois lointaines si on veut vraiment: nous sommes présents par les dom-tom dans tous les continents et les mers ou océans!!! Si prendre l'avion pour les îles françaises au loins de la métropole est trop cher, y'a le bac ou le bateau pour celles plus près tout autour de nos côtes après avoir traversé en le découvrant notre si beau pays!!!