L A - W T F
x
vous aussi
dites que vous aimez La WTF

Témoignages : jeunes libertins, ils sont devenus polyamoureux

En couple depuis 6 ans, Will et Sophie ont parallèlement d'autres conjoints

Par Lola Talik  - Illustration : © iStock

Après avoir goûté aux joies du libertinage, Will et Sophie, en couple depuis plus de 6 ans, sont désormais adeptes du polyamour. Ils nous racontent !

Will, 29 ans, et Sophie, 28 ans, sont en couple depuis plus de 6 ans, et vivent ensemble depuis 2 ans et demi. S’ils ont, comme beaucoup d’autres couples, des projets de vie en commun, comme se marier et avoir des enfants, ils n’ont cependant pas la même conception de l’amour que la plupart des couples de leur âge. Ils sont polyamoureux. En bref : Will et Sophie s’aiment, mais ils s’autorisent à aimer d’autres personnes avec lesquelles ils peuvent aussi avoir des relations stables et durables.

Du libertinage au polyamour

"Dans ma conception du couple, j’ai toujours été non exclusif. Ce n’est pas un problème pour moi, que ma copine aille voir ailleurs. Je n’ai pas envie de la privatiser, nous explique Will. Quand on s’est rencontré, on en a parlé dès le début, mais dans les faits, ça a commencé au bout de quelques mois. Sophie était tentée par la chose, mais n’était pas prête à laisser l’autre aller voir ailleurs. Et puis au bout de quelques mois, après une soirée entre copines, elle m’a raconté qu’elle avait fait un ‘écart’. Je lui ai demandé si elle s’était bien amusée et si elle avait passé une bonne soirée. La réponse était 'oui'. Et c’est tout ce qui m’importait ! Petit à petit, elle s’est rendue compte que papillonner pouvait être cool, et on a ouvert notre relation.

Mais à force de fréquenter plusieurs fois la même personne, on se rapproche forcément

Au départ, c’était donc du libertinage. On avait le droit d’avoir des coups d’un soir avec d’autres personnes, mais c’était tout. Et puis, au fil du temps, on s’est aperçus qu’il était quand même plus intéressant de pouvoir apprendre à connaitre nos ‘amants’. On est donc passé au stade des relations ‘suivies’, ou ‘sex friends’. Et puis, naturellement, s’est posée la question des sentiments. Alors on s’est finalement autorisé à avoir des relations ‘émotionnelles’ avec nos amants. Le libertinage, c’est vraiment une ouverture sexuelle. Mais à force de fréquenter plusieurs fois la même personne, on se rapproche forcément".  

Aujourd’hui, j’ai deux autres relations stables qui m’apportent toutes un réel équilibre

"Pour moi, ça a été un peu plus compliqué, confie Sophie. Will avait naturellement besoin d’avoir des relations avec des vraies connexions émotionnelles. Alors que moi, j’avais du mal à me projeter avec mes amants. Et puis j’avais du mal à partager mon amour. Mais je pars du principe qu’il faut tester pour se faire un avis. Alors j’ai accepté la relation qu’il avait en parallèle de la nôtre. J’ai essayé de m’ouvrir moi aussi. Ça a pris du temps, plus d’un an. Au début c’était très dur de rester seule quand il était en date. J’essayais de me persuader que j’étais contente pour lui, et je l’étais, mais ça me faisait mal. Et puis, petit à petit, la jalousie m’a quittée. Aujourd’hui, j’ai deux autres relations stables en parallèle de la nôtre, depuis un an. Et elles m’apportent toutes un réel équilibre. Finalement, je me sens beaucoup plus comblée qu’avant".

À lire aussi : Témoignage - pourquoi je ne fais pas mon coming-out au travail

De l'amour à la compersion

À la question "n’avez-vous pas peur de voir l’autre partir avec quelqu’un d’autre ?", la réponse de Will est simple : "Si un jour elle part parce qu’elle a rencontré quelqu'un de mieux, c’est la vie. Mais en réalité, on prend plus de risques lorsqu’on demande à l’autre de choisir entre soi et quelqu’un d’autre, plutôt qu'en lui laissant la chance d’avoir les deux".

On prend plus de risques lorsqu’on demande à l’autre de choisir entre soi et quelqu’un d’autre, plutôt qu'en lui laissant la chance d’avoir les deux

"Je n’éprouve pas de jalousie, ajoute-t-il. Je suis content si elle se fait plaisir. On parle beaucoup de compersion. C’est-à-dire, se faire du bien quand ceux que l’on aime se font du bien. Je pense que l’on est tous comme ça, mais qu’on ne nous apprend pas assez à écouter ce sentiment-là. Nous, on se fait juste plaisir. Je pense sincèrement que si les gens sortaient de leur tête que le danger de leur relation vient de la relation extérieure, ils se feraient beaucoup de bien. Au contraire, le danger vient souvent de l’intérieur. Quand l’un des deux se barre, c’est généralement parce ce qu’il a ne le satisfait plus, et pas parce qu’il a envie d’autre chose. Je pense que l’on pousse davantage l’autre à partir lorsqu’on le restreint. Quand on lui dit 'ton champ des possibles est grand', il a le temps de faire le tour du pré avant de se lasser !".

La seule règle ? Tout se raconter. "Il ne faut pas que ce soit caché, mais que ce soit su. On ne se raconte pas les détails, mais on se le dit. Et ça nous amuse, comme deux amis", précise Will.

À lire aussi : Pourquoi on devrait toutes se mettre au masturdating

Conjuguer l'amour au pluriel et au futur

Être polyamoureux et fonder une famille, pour Will et Sophie, ce n'est pas un problème. "On s’adaptera. On expliquera à nos enfants le plus tôt possible que nous fonctionnons comme ça, mais que la majorité des gens fonctionnent différemment. Libre à eux de découvrir la voie qui leurs correspondra le mieux", soutient Will. 

"Si je suis totalement épanouie grâce à mes relations, il est vrai que c’est parfois difficile à assumer. C’est un sujet délicat à aborder en famille par exemple. On se sent quand même en marge de la société. Mais je suis plus du genre à me laisser porter. Pour l’instant l’équilibre que j’ai grâce à mes trois amoureux est vraiment fabuleux. Je ne sais pas combien de temps dureront mes relations, mais ce dont je suis certaine, c’est de vouloir réaliser mes projets de vie avec Will. Il est mon partenaire de vie. On se fait grandir, confie Sophie".

On a un projet un fou auquel on aime penser parfois... Un vieux fantasme !

Avoir des enfants avec d’autres partenaires ? Pour Will et Sophie, la question ne se pose pas. Du moins pas encore. "Ce n’est pas le projet ! Ça me parait trop loin, trop compliqué. Après, j’ai tellement évolué, et fait des choses que je ne pensais jamais faire, que je ne peux pas me dire ‘non, ça je ne le ferai jamais’. Mais pour l’instant, non, ce n’est pas dans nos projets, assure Sophie. En revanche, on a un projet un peu fou auquel on aime penser parfois : celui d’habiter en communauté. On se plait à dire qu’un jour on habitera en communauté dans une grande maison avec plusieurs étages, où on serait tous polyamoureux ! Mais c’est un vieux fantasme, s’amuse-t-elle. Pour l’instant, on veut juste avoir des enfants. Peut-être un jour !".

Et vous, quel serait votre "vieux fantasme" ? Dites-nous tout !

Lola Talik

Partagez sur les réseaux !

Vous devez être connecté/avoir un compte pour ajouter une réponse !
Créer mon compte Se connecter

Les meilleurs commentaires
mlck51
Ahhh le polyamour...vaste débat dans mon couple 😊. Nous sommes ensemble depuis 8 ans et réfléchissons à cette autre façon de s’épanouir. Nous n’avons pas encore sauté le pas mais en discutons et c’est déjà beaucoup de discuter de ce genre de sujet. Un jour nous sauterons peut-être...le pas 😉 séparément, mais au final toujours ensemble, car pour notre bonheur individuel et donc de couple.

COMMENTS
mlck51
Ahhh le polyamour...vaste débat dans mon couple 😊. Nous sommes ensemble depuis 8 ans et réfléchissons à cette autre façon de s’épanouir. Nous n’avons pas encore sauté le pas mais en discutons et c’est déjà beaucoup de discuter de ce genre de sujet. Un jour nous sauterons peut-être...le pas 😉 séparément, mais au final toujours ensemble, car pour notre bonheur individuel et donc de couple.