L A - W T F
x
vous aussi
dites que vous aimez La WTF

"3 jours et 1 femme" : l'expo glaçante qui dénonce les féminicides

Tous les trois jours, une femme meurt sous les coups de son conjoint

Par La WTF Team  - Illustration : © iStock

Depuis le 9 novembre, à Montpellier, la Galerie l’Aberrante, propose "3 jours et 1 femme" : une exposition bouleversante sur les violences conjugales. Difficile d’en ressortir indemne.

Aujourd'hui encore, en France, tous les trois jours, une femme décède sous les coups de son conjoint. Frappées, étranglées, poignardées... En 2017, 109 femmes ont été (officiellement) tuées par leur conjoint, ou ex-conjoint. 

En écho et en soutien à la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes du 25 novembre, la Galerie L’Aberrante propose depuis le début du mois "3 jours 1 femme", une exposition glaçante qui illustre avec justesse les féminicides.






View this post on Instagram









L'exposition "3jours 1femme" à laquelle je participe avec les photographes @olenkacarrasco et @ariannasanesi aura lieu du 09/11 au 21/12/2018 à la @galerielaberrante à Montpellier ! Vernissage le 09/11 en présence de @typhaine.dee qui interprétera son texte "Ce mec est mortel". Commissariat : @valerievernhet ? : @camille.gharbi . . . #contemporaryphotography #feminicides #violenceconjugale #socialphotography #galerielaberrante #olenkacarrasco #ariannasanesi #camillegharbi #typhained #valerievernhet #montpellier #violencesfaitesauxfemmes #feminisme #artgallery #lapartdesfemmes #osons @noussommes52 @les_glorieuses @simonemediafr @fisheyelemag @telerama @_causette_ @societyofficiel @beauxarts_magazine @artpress.revue @upp_maisondesphotographes @liberationfr @lemondefr @neon_mag_photographies @montpelliernow @montpellier_culture @villedemontpellier @osez_le_feminisme @lapartdesfemmesphotographie

A post shared by Camille Gharbi (@camille.gharbi) on

À lire aussi - Violences conjugales : le "blackdot", ce symbole que tout le monde doit connaître

3 artistes et 1 expo

"3 jours et 1 femmes", c’est le travail de trois artistes photographes : Oleñka Carrasco, Camille Gharbi et Arianna Sanesi. Et chacune d’elles pose, à sa manière, un regard particulier sur la violence conjugale la plus extrême : les féminicides.

"A travers leurs oeuvres photographiques, elles transcendent la réalité, explique la Galerie L'Aberrante. Elles explorent l'espace public, la maison, l'intime. Sans concession ni tabou, elles nous permettent de sortir du silence, et participent à la prise de conscience de la gravité de ce phénomène".

Dans "Preuves d'amour", Camille Gharbi met en scène des objets du quotidien qui, dans les mains d'un conjoint ou d'un ex-conjoint, ont surtout fait figure d'arme du crime. Un couteau, un coussin, un sac plastique, des ciseaux, une corde, un couteau... Chacune des photos est accompagnée d'une liste de noms et d'âges correspondant aux femmes qui ont été tuées avec les objets illustrés. 







View this post on Instagram









J-1 avant le début de l'exposition "3JOURS1FEMME" à la @galerielaberrante à Montpellier! Le vernissage a lieu vendredi 09/11 en présence de @typhaine.dee qui interprétera son texte "Ce mec est mortel". L'exposition aborde le thème difficile des féminicides, par le prisme des travaux des photographes @olenkacarrasco, @ariannasanesi, et moi-même. Cette photo est issue de ma série "Preuves d'amour", qui parle des homicides conjugaux commis en France en 2016 et 2017. Merci à @vernhetvalerie pour l'organisation de cette belle exposition ! . . . #contemporaryphotography #feminicide #feministe #galerielaberrante #3jours1femme #preuvesdamour #camillegharbi #olenkacarrasco #ariannasanesi #valerievernhet #subjectivelyobjective #violenceconjugale #violenceagainstwomen #violenceagainstwomenact #pasunedemoins #archivecollectivemag #lapartdesfemmes #osons @_causette_ @societyofficiel @telerama @lemondefr @lensculture @liberationfr @les_glorieuses @noussommes52 @osez_le_feminisme @lapartdesfemmesphotographie

A post shared by Camille Gharbi (@camille.gharbi) on

Avec "La liste des prénoms", Oleñka Carrasco parle des féminicides à la manière d'une "narration poétique du deuil", explique-t-elle. Un travail inspiré du groupe amateur de danse ARTivisme qui réalise des interventions et performances dans la rue en se réappropriant l’espace public pour dénoncer la violence faite aux femmes. "Je suis partie à leur rencontre et en photographiant leurs démarches, je me suis retrouvée avec une histoire intime oubliée, imprimée sur le tissu de ma mémoire d’enfant", précise la photographe.

Enfin, à travers "Je voudrais que tu puisses me voir", Arianna Sanesi invite chacun à réfléchir sur le fait que la violence naît trop souvent dans un cadre familial quotidien, connu. " L’installation que je présente reproduit le 'petit salon' d’un appartement, un endroit qui peut se retrouver dans la mémoire de tout le monde, décrit la photographe. Les images encadrées pourtant, à la place de celles des familles, sont des images liées aux histoires des femmes qui ont été tuées par leur conjoint".

En clair, si vous vivez, ou que vous êtes de passage, à Montpelier, "3 jours et 1 femme" est l'expo à ne surtout pas manquer. Faites vite, celle-ci se termine le 21 décembre.

La WTF Team

Partagez sur les réseaux !

Vous devez être connecté/avoir un compte pour ajouter une réponse !
Créer mon compte Se connecter

Les meilleurs commentaires
sjannoty
malheureusement je vie pas à Montpellier mais ayant été ambulancier j ai été amené à savoir certaines choses en me battant contre ce genre de comportement débile depuis très longtemps

COMMENTS
sjannoty
malheureusement je vie pas à Montpellier mais ayant été ambulancier j ai été amené à savoir certaines choses en me battant contre ce genre de comportement débile depuis très longtemps