L A - W T F
x
vous aussi
dites que vous aimez La WTF

Témoignage : "j'ai fait voeux de silence"

"Je suis repartie comme je suis arrivée, mais bouleversée"

Par La WTF Team  - Illustration : © iStock

Se retrouver seule face à soi-même. Une phobie, pour certaines. Un besoin, pour d'autres. C'est ce qu'a vécu Charlotte Brosseau, lorsqu'elle a fait vœux de silence pour la première fois. Une expérience bouleversante qu'elle a accepté de partager avec nous.

Faire le point. C'est la mission que s'était donnée Charlotte Brosseau, en faisant sa première retraite spirituelle, il y a un an. Une expérience unique, au cours de laquelle la jeune femme de 27 ans a fait vœux de silence. 

À lire aussi - Témoignages : "nous nous sommes mariés en secret"

S'échapper

"Ça faisait déjà quelques mois que j'y pensais, explique Charlotte. Et ce, pour plusieurs raisons assez personnelles (un gros chagrin d'amour, notamment). À ce moment-là, je lisais Le nom de la rose, d’Umberto Eco. J'avais très envie de m'échapper dans un coin perdu, de réfléchir, d'écrire, de lire et de marcher. Donc assez vite m'est venue l'idée de partir faire une retraite spirituelle. J'ai commencé mes recherches en Belgique, parce que je connais mal ce pays alors que j'y vis depuis bientôt 5 ans. Je ne suis pas croyante (enfin je ne l'étais pas à l'époque), mais j'étais très curieuse d'aller dans un lieu spirituel. Et je ne voulais pas aller dans un lieu 'trop' catholique, où on incite les hôtes à aller aux prières, parce que je ne savais pas du tout vers quoi j'allais. Ni si ça allait me plaire."

Se ressourcer

C'est donc vers l'abbaye d'Orval, dans les Ardennes Franco-Belge, que s'est tournée Charlotte. "Ils m'ont répondu dans la journée et m'ont expliqué qu'ils souhaitaient connaître la raison de ma venue, poursuit-elle. Je leur ai confié que j'avais besoin de me ressourcer, que je vivais à Bruxelles et que j'avais envie de me rapprocher de la nature, d'être au calme, car je traversais une période difficile. Il n'a jamais été question de religion. On ne m'a pas demandé si j'étais religieuse ou croyante. C'est donc sur un coup de tête que j'ai pris le train pour traverser la Belgique." 

Se taire

"A mon arrivée, j'ai pris connaissance des 'conditions et règles de vie commune'. On m'a ainsi expliqué que l'abbaye était sous un régiment de silence, puisque nous vivions avec les moines, qui, eux, étaient reclus un peu plus loin dans la forêt. Je n'avais donc pas spécialement prévu de faire vœux de silence, mais je suis plus qu'heureuse d'avoir vécu cette expérience.

Il m'est difficile de décrire ce qu'il s'est passé pendant ces trois jours, parce que j'ai ressenti énormément de choses. Beaucoup de choses liées à ma propre spiritualité, que je ne soupçonnais pas du tout, mais aussi à la vie en communauté, avec des moines. J'ai participé aux 5 prières par jour, alors que je n'étais pas forcée de le faire, mais j'en avais envie. Au début par curiosité, puis ensuite par besoin. L'abbaye est cachée dans une forêt, donc j'ai aussi beaucoup marché. Il neigeait, c'était le paradis... Peut-être ? 

Au cours de mon séjour, un moine boudhiste avait été invité par l'abbaye pour un séminaire. Beaucoup de gens avaient fait le déplacement pour le voir. Et j'ai été invitée à participer. Alors, entre chaque priere catholique (cistercienne, plus exactement) j'allais méditer avec ce moine tibétain. C'était assez incroyable de vivre deux expériences spirituelles très différentes, dans la méthode, mais aussi dans le fond, dans le texte. Ça m'a fait beaucoup réfléchir, à mes croyances, mélangées à tout ce que je vivais. Je suis repartie comme je suis arrivée, mais bouleversée."

Et vous, avez-vous déjà vécu une expérience aussi transcendante que celle que nous décrit Charlotte Brosseau ? Racontez-nous !

La WTF Team

Partagez sur les réseaux !

Vous devez être connecté/avoir un compte pour ajouter une réponse !
Créer mon compte Se connecter

Les meilleurs commentaires
Marine Marchand
Magnifique témoignage. Ça fait réfléchir. Sans partir loin j’aime me poser dans une pièce sans bruit et sans personne (étant maman si je ne suis pas seule, je dois répondre à ma fille).

COMMENTS
Marine Marchand
Magnifique témoignage. Ça fait réfléchir. Sans partir loin j’aime me poser dans une pièce sans bruit et sans personne (étant maman si je ne suis pas seule, je dois répondre à ma fille).