L A - W T F
x
vous aussi
dites que vous aimez La WTF

Je me suis pris une claque à l’expo consacrée à David Goldblatt

Brute et saisissante, cette expo photo est un pur régal. Cap sur l'Afrique du Sud !

Par Énora Malagré  - Illustration : © Vendeuse, Orlando West, Soweto, Johannesburg 1972 épreuve numérique sur papier baryté, 28 x 28 cm

Quel bonheur ! Le photographe David Goldblatt s’invite au Centre Pompidou, à Paris, jusqu’en mai. Une expérience visuelle que je vous conseille de découvrir d’urgence.

Je pense que ça doit être la première fois en France que l’on honore autant le travail accompli par le photographe sud-africain David Goldblatt depuis ses débuts, dans les années 60. Vous le savez, je suis très sensible à l’art, surtout quand il est engagé. Et son œuvre photographique me touche à chaque fois en plein cœur.

Oui, les amis, je suis personnellement saisie par son humanité désarmante, sa façon de traiter inlassablement l’Histoire son pays, des communautés durant l’apartheid aux premiers pas de la démocratie.

David Goldblatt
Femme avec l’oreille perçée, Joubert Park, Johannesbourg 1975
 - épreuve gélatino-argentique, 40 x 40 cm Collection Centre Pompidou, Paris © David Goldblatt
© Centre Pompidou / Dist. RMN-GP / Philippe Migeat 

Parce que oui, le voyage foudroyant proposé par David Goldblatt est important. Nécessaire. Infiniment engagé. Chaque cliché porte un message soigneusement documenté par des légendes. Pour étayer votre culture, pour apprendre à connaître davantage cette terre pleine de richesses et pour en prendre plein les yeux, vous ne pouvez pas louper cette expo, ouverte depuis le 21 février dernier. Parce que l’émotion et la réflexion vous tiendront vite compagnie, malgré l’apparence neutre des photos. C’est ça aussi, la magie de la photographie.

Ici, tout en noir et blanc, le travail de David Goldblatt est symbolique jusqu'au bout. Ses photos sont sublimes, parfois naïves, parfois brutes. Il ne revendique aucune forme de militantisme et pourtant, il y en a bel et bien un, et pas des moindres, j’en suis sûre. La distance dans son travail, qu’on lui reproche souvent, a permis de rendre, à mon sens, un témoignage lucide sur l'apartheid ou sur une démocratie laborieuse.

David Goldblatt
Angle des rues Commissioner et Eloff, Boksburg 1979 épreuve gelatino-argentique, 40 x 30 cm - Courtesy David Goldblatt et Goodman Gallery Johannesburg et Cape Town © David Goldblatt

Ce que j’aime également dans son œuvre, c’est sa manière de photographier les femmes. Toutes si différentes, si authentiques, tellement humaines. De la jeune fille vêtue d’un tutu qui danse sur la terrasse du jardin de la maison familiale à la vendeuse du drugstore du coin, en passant par la mère de famille, elles semblent toutes enfermées dans les contraintes d’une société qui n’épargne personne. C’est vraiment touchant.

Et sinon, je vous conseille d’y aller rapidement, car c'est bientôt fini ! Profitez-en tant qu'il est temps de vous attarder sur certaines de ses photos (je ne sais pas vous, mais moi, j’adore faire ça, du coup, mes potes pressés détestent aller à des expos avec moi, je les comprends !)

David Goldblatt
Le fils du fermier avec sa bonne d’enfants, ferme de Heimweeberg, environs de Nietverdiend, Marico Bushveld, province du Nord-Ouest 1964 épreuve numérique sur papier baryté, 33 x 48,5 cm Courtesy David Goldblatt et Goodman Gallery Johannesburg et Cape Town © David Goldblatt

Je termine avec cette citation qui me plaît beaucoup, et qui définit bien le travail de David Goldblatt :

« Mon travail n'est pas de l'art, ni du documentaire. Je considère mon travail comme de la photo. Certes, c'est une forme d'art, au même titre que la peinture ou les déjections d'éléphants. »

David Goldblatt Au Centre Georges Pompidou, à Paris Du 21 février au 13 mai
De 11 heures à 21 heures
Galerie 4 Tarif : De 11 € à 14 €

Une expo à nous faire partager ? Des impressions sur celle de Goldblatt ? On attend ton avis !

Énora Malagré

Partagez sur les réseaux !

Vous devez être connecté/avoir un compte pour ajouter une réponse !
Créer mon compte Se connecter

Les meilleurs commentaires
Alexialex
Merci pour le partage, j y suis allé et ce fut un véritable moment d émotions et une très belles découverte de l artiste. Une expo peu commune, qui met l accent avec douceur et poésie sur l apartheid : ses violences, ses crimes et ses inégalités. Merci !
Zébrulon
Mdr le sous-titre « Cap sur l’Afrique du Sud ! ». Thierry Moreau sors de ce corps 😂 😂

COMMENTS
Agora29
À voir sur Paris si vous aimez la photo : l’expo du maître William Klein jusqu’au 26 mai à la Polka Galerie, dans le 3e.
Zébrulon
Mdr le sous-titre « Cap sur l’Afrique du Sud ! ». Thierry Moreau sors de ce corps 😂 😂
simpleman4704
merci Enora de nous faire profiter de ces expo pour les personnes qui comme moi ne sont pas de Paris
kristoch
merci pour tes partages, ces découvertes!
Hambur Ger
Je n’aurais pas l’occasion d’y aller mais grâce à ton article je découvre et je voyage aussi ! Merci Eno de nous faire partager tes passions
Maaaaaaaaanon_
Merciii ! Top l’article. :)
Manon Cls
J'hésitais à aller le voir, mais avec cet article je vais surement me décider ! Merci pour l'article :)
Alexialex
Merci pour le partage, j y suis allé et ce fut un véritable moment d émotions et une très belles découverte de l artiste. Une expo peu commune, qui met l accent avec douceur et poésie sur l apartheid : ses violences, ses crimes et ses inégalités. Merci !