L A - W T F
x
vous aussi
dites que vous aimez La WTF

Histoire de femmes : les courageuses tricoteuses de la Grande Guerre

Vos grands-mères ont peut-être aidé des soldats grâce au tricot !

Par La WTF Team  - Illustration : © iStock

Durant la Première Guerre mondiale, les femmes ont joué un rôle plus que déterminant. Dès 1914, elles prennent le rôle du chef de famille, travaillent dans les champs, dans les usines... Bref, elles prennent la place des hommes partis au front. Parmi elles, les tricoteuses…

Restées à la maison, les femmes de 14-18 soutiennent les soldats à leur manière. Au lieu de prendre les armes, elles prennent les aiguilles. Les aiguilles à tricoter. Les tricoteuses se dévouent pour confectionner des milliers de gants, chaussettes et écharpes, afin aider les poilus à mieux supporter les terribles conditions de vie des tranchées.

L’effort de guerre passe par le tricot

1914, le gouvernement invite les femmes à se mettre au tricot via des campagnes, des affiches, des cartes postales et des annonces dans le journal. Il distribue même des patrons bien précis dont les femmes s'inspirent. Les écoliers et hommes non mobilisés sont également invités à s’y mettre.

En France, les tricoteuses sont partout. Qu’elles soient pro ou novices, elles tricotent à la ville, à la campagne, dans les salons, dans le métro… toutes sont bien décidées à discipliner la laine pour tenter d’apporter un petit peu de réconfort à leurs hommes. Dans les pays alliés, le schéma est le même. Au Canada et aux États-Unis, la Croix-Rouge distribue des centaines de machines à coudre. Les familles reçoivent des kilos et des kilos de laine pour fabriquer des chaussettes afin que les soldats aient les pieds bien au sec.

À lire aussi : histoire de femmes, Mata Hari, espionne et danseuse star du siècle dernier

"Pour les torses grelottants sous l’averse, pour les visages gercés par la bourrasque, pour les nez bleuis, pour les pieds que pétrifiât la boue gelée, pour les genoux arrachés par les longues reptations sur le cher sol de France (…) il y eux d’abord des tas, puis des monticules, puis des montagnes, puis des chaînes de montagnes de chaussettes, de gants, de chandails, de cache-nez, des genouillères.", peut-on lire dans L’Écho des tranchées, un journal de l’époque, qui nous prouve bien l’ampleur que prend le tricot pendant la Grande Guerre.

Des espionnes, des messages codés et de la laine

Durant toute la période, le tricot ne sert pas seulement à réchauffer les cœurs et les corps des soldats. En effet, la laine est un moyen, presque imperceptible, de faire passer des messages codés. Avec un système de nœuds bien précis, un peu à la manière du morse, les femmes (des espionnes pour la plupart), envoient des messages aux généraux, aux soldats et aux alliés. Et même si cette technique n’est pas la plus utilisée, elle mérite tout de même qu’on parle d’elle. Eh oui, ce n’est pas tous les jours que le tricot devient une "arme" de guerre. Une arme pacifique bien sûr. Et ça, ça nous donnerait presque envie de nous y mettre !

Profitez de ce 11 novembre pour demander à vos grands-mères et arrière-grands-mères de vous parler des tricoteuses. Nous, en tout cas, on va le faire !

La WTF Team

Partagez sur les réseaux !

Vous devez être connecté/avoir un compte pour ajouter une réponse !
Créer mon compte Se connecter

Les meilleurs commentaires
kristoch
ah les tricots clandestins! ils ont pu avoir maille à partir avec la police collaboratrice et les occupants! ça fait froid dans le dos d'ailleurs... ou les nerfs en pelotes quand on est concernées à l'époque épique, tel une aiguille, à tricoter. maintenant tu tricotes quoi que ce soit... et la laine envahie les réseaux. Triste constat. (c'est de l'humour: j'ai cru à une contrepéterie au départ en voyant le titre)
Arsenic
Encore une fois le diction « derrière chaque grand homme, se trouve une femme » se vérifie .

COMMENTS
kristoch
ah les tricots clandestins! ils ont pu avoir maille à partir avec la police collaboratrice et les occupants! ça fait froid dans le dos d'ailleurs... ou les nerfs en pelotes quand on est concernées à l'époque épique, tel une aiguille, à tricoter. maintenant tu tricotes quoi que ce soit... et la laine envahie les réseaux. Triste constat. (c'est de l'humour: j'ai cru à une contrepéterie au départ en voyant le titre)
Arsenic
Encore une fois le diction « derrière chaque grand homme, se trouve une femme » se vérifie .