L A - W T F
x
vous aussi
dites que vous aimez La WTF

Harcèlement scolaire : TF1 revient sur l'histoire bouleversante de Jonathan Destin

"Le jour où j'ai brûlé mon coeur"

Par La WTF Team  - Illustration : © iStock

Ce soir, dans "Le jour où j’ai brûlé mon cœur", TF1 raconte l’histoire émouvante de Jonathan Destin, victime de harcèlement scolaire, qui, à l’âge de 16 ans, s’est immolé par le feu.

Plus de six ans après les faits, TF1 revient ce soir sur l’histoire de Jonathan Destin dans un téléfilm bouleversant, "Le jour où j’ai brûlé mon cœur". L’occasion d’aborder le sujet très sensible du harcèlement scolaire, puisque c’est précisément ce qui a conduit Jonathan Destin à s’immoler par le feu lorsqu’il avait 16 ans.

Le 8 février 2011, l’adolescent avait décidé d’en finir. Muni d’une bouteille d’alcool inflammable et d’un briquet, il avait décidé de s’immoler par le feu. Submergé par la douleur, il s’était finalement jeté dans le canal, avant d’être sauvé par un passant. Brûlé à 72%, Jonathan Destin avait alors passé près de trois mois dans un comas artificiel, et subi une vingtaine d’interventions chirurgicales.

À lire aussi : Nos fils devraient tous lire "Tu seras un homme - féministe - mon fils", et nous aussi

"Je n'éprouve pas de haine"

Désormais âgé de 23 ans, Jonathan Destin se reconstruit petit à petit. Après six longues années de harcèlement -du CM2 où il essuyait les insultes de ses camarades, au collège où il encaissait les coups- et six autres années passées à penser ses blessures, le jeune homme fait aujourd'hui preuve d'une maturité étonnante. "Je n'éprouve pas de haine à leur encontre, confie-t-il au 20 Minutes au sujet de ses bourreaux. Ce serait très fort si l'un d'eux me recontactait (suite à la diffusion du téléfilm)". En 2013, Jonathan Destin avait d’ailleurs publié un livre sur ce drame : "Condamné à me tuer". 

Une histoire saisissante à découvrir ce soir, à 21h, sur TF1, avec Michaël Youn, Camille Chamoux, Clément Manuel et Martin Daquin dans le rôle de Jonathan Destin. 

La WTF Team

Partagez sur les réseaux !

Vous devez être connecté/avoir un compte pour ajouter une réponse !
Créer mon compte Se connecter

Les meilleurs commentaires
Marmotte
Enfin on peut parler librement du harcèlement à l'école. Enfin le harcèlement est sanctionné !!! Il y a quelques années puisque mon fils est un adulte, de la première année de maternelle à la 4eme j'ai dû me battre contre ce harcèlement et pas seulement celui des élèves mais aussi des parents. Il avait un eczéma très prononcé, parfois defigurant au niveau du visage et des mains, parfois effectivement pas très ragoûtant mais pas contagieux. Sa soeur n'avait rien, moi non plus. Donc rien de contagieux. A la maternelle les enfants ne voulaient pas jouer avec lui, certains disant qu'ils étaient plein de caca et d'autres qu'il était plein de microbes (là c'était le discours des parents). Les parents ont même tenter une pétition pour le sortir de l'école. Ensuite l'élémentaire, il a été souvent traité de lépreux, on se moquait de lui... Parfois, quand c'était trop insupportable il piquait une crise. La plupart des enseignants ne comprenaient pas. J'étais obligée d'expliquer, de leur dire les maltraitances. En reponse j'avais le droit à mais votre fils ne se plaint pas, vous êtes dans l'exagération comme toutes les mamans, c'est pas si grave le métier rentre ! Après en montant dans les classes, il y a eu des coups et moi qui lui disait ça ne sert à rien de répondre à la violence par la violence. Voyant que rien n'était fait je lui ai dit finalement de redonner coup pour coup et il a eu un peu de répit. Enfin la sixième et la cinquième une véritable horreur. Il y avait un élève, trois fois plus grand que tout le monde qui faisait la loi dans sa classe. Et il s'en est pris à mon fils, t'es moche, t'es lépreux et quelques claques ici ou là. Heureusement j'ai perçu un changement de comportement chez mon fils et il en a parlé. J'ai rencontré la CPE, qui m'a dit mais non c'est un gentil garçon, il fait un peu peur mais il est pas méchant. Il faut que votre fils soit moins sensible, vous le couvez trop et discours sur la mère protectrice, limite abusive... Et trois jours après on apprend que ce gentil garçon avait arraché l'appareil dentaire d'un autre élève et que cet élève était hospitalisé. Finalement nous avons quitté Paris, et à la première tentative de harcèlement le nouveau collège a pris les sanctions nécessaires, exclusion, leçon de moral et rappel du droit avec un gendarme... à toute la classe sur le fait d'être complice puisque personne n'a réagi... Ce que je retiens dans le harcèlement de mon fils ce n'est pas seulement la responsabilité des élèves. Il y a en premier lieu la responsabilité des parents qui ont envoyé des signaux négatifs à leurs enfants en disant ne joue pas avec celui car tu vas attraper des microbes.... (s'il savait qu'à la même époque dans la même classe il y avait un enfant atteint du Sida....), ensuite le système scolaire qui ne voit rien et ne veut rien voir et qui parfois même contribue involontairement à ce harcèlement. Heureusement pour mon fils tout s'est bien terminé car il a été écouté, entouré, soutenu et parfois un peu secoué pour qu'il ne se laisse pas faire.. J'avais peur qu'il devienne violent mais non il est équilibré et il me dit que cette période lui a donné une bonne connaissance de l'être humain avec ce qu'il a de pire mais aussi de ce qu'il a de meilleur. Ce que moi je retiens c'est que le harcèlement est souvent le fruit d'ignorance, de refus de la différence et que le rôle primordial des parents est d'inculquer dès le plus jeune âge le respect de toute forme de différence, le respect des autres. Ensuite idem pour l'école et n'avoir aucune tolérance vis à vis des harceleurs...

COMMENTS
Marmotte
Enfin on peut parler librement du harcèlement à l'école. Enfin le harcèlement est sanctionné !!! Il y a quelques années puisque mon fils est un adulte, de la première année de maternelle à la 4eme j'ai dû me battre contre ce harcèlement et pas seulement celui des élèves mais aussi des parents. Il avait un eczéma très prononcé, parfois defigurant au niveau du visage et des mains, parfois effectivement pas très ragoûtant mais pas contagieux. Sa soeur n'avait rien, moi non plus. Donc rien de contagieux. A la maternelle les enfants ne voulaient pas jouer avec lui, certains disant qu'ils étaient plein de caca et d'autres qu'il était plein de microbes (là c'était le discours des parents). Les parents ont même tenter une pétition pour le sortir de l'école. Ensuite l'élémentaire, il a été souvent traité de lépreux, on se moquait de lui... Parfois, quand c'était trop insupportable il piquait une crise. La plupart des enseignants ne comprenaient pas. J'étais obligée d'expliquer, de leur dire les maltraitances. En reponse j'avais le droit à mais votre fils ne se plaint pas, vous êtes dans l'exagération comme toutes les mamans, c'est pas si grave le métier rentre ! Après en montant dans les classes, il y a eu des coups et moi qui lui disait ça ne sert à rien de répondre à la violence par la violence. Voyant que rien n'était fait je lui ai dit finalement de redonner coup pour coup et il a eu un peu de répit. Enfin la sixième et la cinquième une véritable horreur. Il y avait un élève, trois fois plus grand que tout le monde qui faisait la loi dans sa classe. Et il s'en est pris à mon fils, t'es moche, t'es lépreux et quelques claques ici ou là. Heureusement j'ai perçu un changement de comportement chez mon fils et il en a parlé. J'ai rencontré la CPE, qui m'a dit mais non c'est un gentil garçon, il fait un peu peur mais il est pas méchant. Il faut que votre fils soit moins sensible, vous le couvez trop et discours sur la mère protectrice, limite abusive... Et trois jours après on apprend que ce gentil garçon avait arraché l'appareil dentaire d'un autre élève et que cet élève était hospitalisé. Finalement nous avons quitté Paris, et à la première tentative de harcèlement le nouveau collège a pris les sanctions nécessaires, exclusion, leçon de moral et rappel du droit avec un gendarme... à toute la classe sur le fait d'être complice puisque personne n'a réagi... Ce que je retiens dans le harcèlement de mon fils ce n'est pas seulement la responsabilité des élèves. Il y a en premier lieu la responsabilité des parents qui ont envoyé des signaux négatifs à leurs enfants en disant ne joue pas avec celui car tu vas attraper des microbes.... (s'il savait qu'à la même époque dans la même classe il y avait un enfant atteint du Sida....), ensuite le système scolaire qui ne voit rien et ne veut rien voir et qui parfois même contribue involontairement à ce harcèlement. Heureusement pour mon fils tout s'est bien terminé car il a été écouté, entouré, soutenu et parfois un peu secoué pour qu'il ne se laisse pas faire.. J'avais peur qu'il devienne violent mais non il est équilibré et il me dit que cette période lui a donné une bonne connaissance de l'être humain avec ce qu'il a de pire mais aussi de ce qu'il a de meilleur. Ce que moi je retiens c'est que le harcèlement est souvent le fruit d'ignorance, de refus de la différence et que le rôle primordial des parents est d'inculquer dès le plus jeune âge le respect de toute forme de différence, le respect des autres. Ensuite idem pour l'école et n'avoir aucune tolérance vis à vis des harceleurs...