L A - W T F
x
vous aussi
dites que vous aimez La WTF

FIAC 2018 : ces femmes qui ont marqué le milieu de l'art contemporain

Niki de Saint Phalle, mais pas que !

Par La WTF Team  - Illustration : © search commons/Niki de Saint Phalle/Nana danseuse

La FIAC est de retour ! L’occasion pour les artistes de mettre en lumière les nouvelles tendances, et pour nous, de vous faire (re)découvrir certaines femmes qui ont marqué l’art contemporain.

Du 18 octobre au 21 octobre, le Grand Palais de Paris accueille la Foire internationale d'art contemporain. Le moment ou jamais (ou presque) de découvrir un panorama de l’art moderne et contemporain, les tendances du marché et les artistes émergents. Le moment également de se replonger un peu dans le passé et de (re)découvrir certaines artistes qui ont chacune à leur manière, marqué le milieu vaste de l’art contemporain.

Niki de Saint Phalle

Niki de Saint Phalle, Catherine-Marie-Agnès Fal de Saint Phalle de son vrai (et long) nom, figure parmi les artistes les plus marquantes du 20ème siècle. D’abord mannequin, elle s’est finalement mise à la peinture en 1952 et s’est forgée son identité artistique en apprenant sur le tas. Ultra polyvalente, Niki de Saint Phalle s’est aussi fait connaître grâce aux arts plastiques, à la sculpture et à la réalisation de films. Et ses œuvres "phare" sont nombreuses (et toujours très colorées). Parmi les plus célèbres : Les tirs, Les Nanas et La Grotte.

À lire aussi : Banksy, le street-artiste qui nous étonnera toujours

Charlotte Perriand

Née dans une famille d’artisans -son père était tailleur et sa mère couturière- Charlotte Perriand a toujours baignée dans le milieu artistique. Et elle a su, peu à peu, se faire un nom dans le monde du design et de l’architecture. Elle a d’ailleurs ouvert sa propre société de design d’intérieur, qu’elle a dirigé pendant 10 ans. Fascinée par le mobilier d’intérieur, elle s'est fait connaître avec son "Bar sous le toit", une composition au sein de laquelle se trouvaient notamment une banquette en acier chromé, des guéridons et des tabourets de bar. Cette œuvre marquera le début de la gloire de l’artiste, designer et architecte française.

Hannah Wilke 

Née à New York en 1940, Hannah Wilke s'est fait connaitre dans les années soixante, avec une œuvre on ne peut plus féministe : des vulves en terre cuite. Une œuvre qu'elle a décliné tout au long de sa carrière et qui a fait d'elle l'une des pionnières de l'art féministe. Passionnée, elle a également enseigné l'art dans plusieurs établissements, dont l'école des Beaux-Arts de New York où elle a appris à ses élèves l'art de la culture et de la céramique.






View this post on Instagram









#hannahwilke #alisonjacquesgallery

A post shared by Steven Zevitas (@stevenzevitas) on

Jane Frank

Originaire de Baltimore, dans le Maryland, Jane Frank a commencé sa carrière dans le design publicitaire, puis s'est mise à peindre dans les années 40. Et c’est une dizaine d’années plus tard qu’elle a commencé à se faire un nom. Puis dans les années 60, elle s'est ensuite lancé dans la sculpture et dans la réalisation de peintures "en trois dimensions". Un sacré concept !

Annette Messager

Considérée comme l’une des plus grandes plasticiennes françaises, Annette Messager a fait ses débuts aux Arts décoratifs de Paris, avec une pause pendant mai 68. Contre toute politisation et tout académisme suite à cette période mouvementée, elle prônait la singularité et la dimension de son art féminin. En 2005, elle a obtenu le Lion d’or pour la 51e Biennal de Venise, pour son œuvre Casino. Une œuvre qui s’inspire du personnage de Pinocchio. Dans son imaginaire, le petit pantin menteur, se fait engloutir par un requin, puis est transformé en humain et finit disloqué. "Une métaphore des travers de l’humanité", précise Paris-Art.

Envie de vous rendre à la FIAC ? Toutes les infos pratiques par ici !

La WTF Team

Partagez sur les réseaux !

Vous devez être connecté/avoir un compte pour ajouter une réponse !
Créer mon compte Se connecter

Les meilleurs commentaires
Zébrulon
...sans oublier les féministes Louise Bourgeois (chère à Énora) ou encore Orlan et aussi Miss Tic dans la catégorie "street art engagé". Je pense que les femmes devraient d'ailleurs plus privilégier la puissance symbolique de l'art comme vecteur de propagation de leurs valeurs.

COMMENTS
Zébrulon
...sans oublier les féministes Louise Bourgeois (chère à Énora) ou encore Orlan et aussi Miss Tic dans la catégorie "street art engagé". Je pense que les femmes devraient d'ailleurs plus privilégier la puissance symbolique de l'art comme vecteur de propagation de leurs valeurs.