L A - W T F
x
vous aussi
dites que vous aimez La WTF

Énora vous répond : Comment faire quand on est encore vierge... à 35 ans ?

Je réponds à vos témoignages

Par Énora Malagré  - Illustration : © iStock

Vous êtes nombreux à nous envoyer des témoignages et nous les lisons tous ! C’est ça, la communauté WTF !

Nous avons été interpellées par le témoignage de Myriam. À 35 ans, elle n’a jamais eu de rapports sexuels. Si c’est quelque chose qu’elle assume, elle ne nie pas en souffrir au quotidien. Elle a besoin de nous, mais aussi de vous, membres de la WTF, pour essayer de remédier à ce qu’elle considère « comme un handicap ».

À son adolescence, Myriam, au lieu de draguer des garçons, passait beaucoup de temps avec sa famille et ses amis. Elle avait peu de fréquentations mais était néanmoins toujours bien entourée. Pour elle, les relations amoureuses « ce n’était pas son truc ». Et elle considérait à l’époque le sexe comme quelque chose de « sale et vulgaire ». Elle passait alors la plupart de son temps à écouter les histoires de ses copines sans jamais pouvoir en raconter une à son tour…

Les années passent et Myriam ne trouve toujours pas le garçon avec qui elle se sent suffisamment rassurée pour lui offrir son plus beau cadeau : sa virginité.

Elle avait déjà peu confiance en elle et cela la bloquait dans les différents rapports amoureux qu’elle pouvait avoir. Ses relations étaient de toute façon trop courtes pour pouvoir coucher avec le garçon en question… Pourtant, Myriam n’était pas si exigeante. Elle voulait juste une belle histoire qui se fasse naturellement avec des sentiments réciproques et une certaine complicité. Elle arrive alors à un âge où les hommes ont peur face à cette situation. Elle entend continuellement le même discours de ces mecs pour qui « la virginité n’est pas un problème ». Mais elle le sait pertinemment : ils mentent. Car ils ne pas sont pas assez sincères pour aller plus loin. Elle ne sait plus comment s’y prendre avec les hommes. Faut-il leur dire ou pas ? Myriam ne veut pas mentir sur sa virginité et aimerait une relation avec quelqu’un qui l’admire pour ce qu’elle est vraiment. Mais a priori, être honnête avec eux ne fonctionne pas non plus. Elle se retrouve progressivement prisonnière de son propre piège.

Le jour de ses 30 ans est un choc.

Elle commence à vivre avec une certaine honte en ayant de plus en plus peur. La crainte de ne pas suffisamment plaire pour aller plus loin qu’un rapport sexuel, l’appréhension de l’acte sexuel et de ne pas savoir comment s’y prendre. Elle se retrouve face à une pression de plus en plus forte que ce soit du côté professionnel que familial. À son travail, personne ne sait. Pourtant, autour d’elle, elle a l’impression que tout le monde ne parle « que de ça ». Elle fait semblant de comprendre et rit aux blagues de ses collègues. Même sa propre famille ne comprend pas. Une remarque malveillante de sa grand-mère l’a même poussée à couper les ponts avec elle…

Myriam se sent complètement perdue. Elle a testé plusieurs sites de rencontres dans l'espoir de rencontrer la personne qui pourrait lui correspondre, en vain. Elle se sent mal à l’aise dans ce monde où aujourd’hui tout va trop vite et où il faut se mettre à nu au bout de seulement quelques rendez-vous. Elle n’a pas envie non plus d’abandonner aussi facilement cette quête de l’amour et considère sa virginité comme quelque chose de précieux.

La réponse d’Énora :

Ma chérie. Déjà, je tenais à te dire que j’étais extrêmement bouleversée par le courage dont tu fais preuve pour nous parler de cela. Je suis persuadée que ton témoignage n’est pas isolé et qu’il aidera bon nombre de jeunes filles. Te concernant, pas de panique ! Il y a toujours des solutions.

Premièrement, débarrasse-toi de toute forme de honte. Fous-toi de tout et n’aie peur de rien, comme je le dis souvent. N’aie donc pas honte car il n’y a rien de grave à verbaliser le fait que tu sois vierge. Parles-en autour de toi le plus possible avec le plus de gens possible. Fais-en, par cette verbalisation, un « non-événement ». Cette prise de parole pourra peut-être te sembler impudique ou hystérique mais je suis persuadée que ce sera déjà une forme de « dépucelage ». Plus on parle des choses avec honnêteté et franchise, plus les oreilles sont ouvertes et bienveillantes. Si d’aventure, tu subis des moqueries, essaie de prendre le parti d’en rire et de t’auto-vanner, ça marche toujours.

Deuxièmement, j’ai bien peur, mon petit chat, que ce que tu appelles « des valeurs » soient en train de se transformer en névroses. Rien de grave, mais il me semble que derrière ta peur de faire l’amour, se cache un rejet de ta propre personne ; une méconnaissance farouche de ton corps et de ton esprit qui t’enferme dans une spirale de solitude. Ta peur de coucher avec un mec a pris le pas sur ton désir de relation et ton bien-être de femme. Du coup, je suis persuadée que l’aide d’un professionnel te serait salvatrice. Sache que moi-même, je vois un psy depuis sept ans, il n’y a pas de honte et cela m’aide beaucoup.

Troisièmement, ma poulette, le sexe, c’est la vie ! Je comprends que tu veuilles faire cela avec un amoureux. Je ne conçois moi-même pas le sexe sans amour… Essaies d’envisager le sexe comme une gourmandise, prends la vie avec plus de légèreté et cesse de te rabougrir dans des jolies valeurs mais un peu archaïques.

Tout ça pour te dire en riant un peu, que le sexe ne doit pas être une épreuve mais qu’il peut t’aider à t’épanouir. Je t’embrasse très très fort. Je pense à toi et je sais que le meilleur est à venir.

Énora Malagré

Partagez sur les réseaux !

Vous devez être connecté/avoir un compte pour ajouter une réponse !
Créer mon compte Se connecter

Les meilleurs commentaires
simpleman4704
merci Enora de prendre le temps de répondre et de dédramatiser certains sujet et je ne doute pas que cela viendra en aide a Myrian
FrançoiseH
J'ai eu une copine comme ça, plus jeune. Elle était avec son copain depuis plusieurs mois et elle a finit par m'avouer qu'elle était bloqué. La raison ? L'éducation ! Sa mère lui avait dit que c'était "sale". Cette idée comme quoi le sexe est sale ne vient pas de nulle part et c'est là-dessus qu'il faut travailler. J'ai répondu à mon amie qu'elle devait travailler sur elle, se détacher de ce que sa mère lui avait dit parce que c'était un mensonge et un trouble et qu'elle lui avait transmit quelque chose d'horrible. Moi j'ai perdu ma virginité a un âge plus avancé que mes amies, à 19 ans. J'avais déjà un peu honte de ça, plus à cause de la société et des amie qu'autre chose. Je l'ai fais avec un pote, le BG du lycée et un vrai connard avec les filles (un Don Juan qui trompe). MAIS quand je lui ai dit, à un moment où on n'allait pas reculer, il m'a simplement demandé "Tu es sûr ? Avec moi ?" et il a été a-do-ra-ble. Un vrai gentleman, très prévenant. Depuis quand on se voit, il est attentionné avec moi parce qu'il sait qu'il a une place particulière pour moi. Je ne l'ai pas fait avec un amoureux mais avec un bon amant, gentil et amicale. C'est peut-être aussi ça la clé: ne pas espérer que ce soit comme on l'imagine. Et même avec un ami, c'est tout aussi mignon. Courage "Myriam" ! Lâche tes angoisses.

COMMENTS
Philippe Nmhrk
Bien vu Enora. Désacraliser l'acte pour trouver un premier partenaire sympa et attentif sans compter trouver le "Prince Charmant"...
kristoch
Oui le sexe c'est pas seulement faire l'amour: faut séparer les 2 sinon l'enjeu est par trop important de la première fois! comme faut pas tout concentrer ni con-centrer, tout centrer sur le con: y'a pas forcément pénétration: on est pas en résumé dans le TOUT ou RIEN!!! Faut faire des jeux érotiques, des attouchements -consentis!!!- si je peux dire "à l'ancienne" aux temps où c'était trop dangereux de coucher sans la pilule et les autres moyens de contraception donc on allait le plus loin possible... en essayant de ne pas déraper! Et c'est ça le grand secret: aller si loin dans l'envie qu'à un moment donné ça ne pose plus problème parce que la nana elle en peut tellement plus qu'elle s'empale ou se rentre le gars dedans ou lui hurle de le faire ENFIN! parce que toutes ces appréhensions sans préhensions n'amènent qu'à une seule chose empirant le truc: la douleur, physique comme morale puisque c'est la sécheresse à tout point de vue, du relationnel au vaginal! CQFD Pourquoi serait-on obligé de coucher? le soir des noces en plus? d'un coup comme ça façon mariages arrangés à la c... qui finissent aux urgences!!! Faut du romantisme, de la douceur et douce heure, du temps: t'as attendu déjà tant qu'un peu plus ou moins!!! faut du sentiment, du respect: tout ce qu'on oubli aujourd'hui avec le diktat du porno et de la performance ramenée au physique. Faut chercher un(e) partenaire de jeu, des personnes t'expliquant, aussi bien femmes qu'hommes leurs expériences et ressentis sans accumuler les conseils...
simpleman4704
merci Enora de prendre le temps de répondre et de dédramatiser certains sujet et je ne doute pas que cela viendra en aide a Myrian
simpleman4704
merci Enora de prendre le temps de répondre et de dédramatiser certains sujet et je ne doute pas que cela viendra en aide a Myrian
Jean Dupré
J'apprécie particulièrement ces quelques rimes de fin d'article me rappelant les meilleurs textes de Francky Vincent.
Sarah Kurek
Merci pour Enora, d'oser parler de tout sans tabou Merci vraiment
Laboulette76
Tout à fait d’accord avec Enora surtout concernant la première partie le fait d’en parler et te blaguer là dessus ça t’enlèvera un poids. A l’inverse y’en a tellement qui couchent à droite à gauche avec le premier venu toi au moins tu veux trouver le bon. Comme Eno, encore, je conçois pas le sexe sans amour, je suis célib tout le monde me dit « fais toi un plan cul » bah non, ça rejoins un peu ton témoignage. Bonne continuation
pifpafpouf
Je comprend tout à fait la honte qu'elle peux ressentir. malheureusement quand tu ne fais pas les choses comme tout le monde, on devient vite la risée, et à n'importe quel âge. Je suis assez d'accord avec Enora, désacraliser la chose, prendre les remarques avec humour et en rire mais surtout apprendre à s'aimer soi. Peu être aussi apprendre à connaître son corps et les sensations charnelles avec des plaisirs personnels avant le jour J ? Cela serai aussi une sorte de dépucelage car au moins, elle pourra guider l'amoureux sur les préliminaires. Dans tout les cas, je pense qu'il jour elle rencontrera un homme bienveillant (et qui peu être sera aussi dans son cas) qui saura écouter, comprendre et par dessus tout, ne pas la juger. Comme J'ai lu une fois, ce n'est pas parce qu'on a pas fait les choses en même temps que les autres que nous sommes "en retard. Chacun a son propre rythme de vie et le plus important c'est d'être en accord avec soi et heureux !
simpleman4704
accessoirement je conseillerai aussi a Myrian de consulter les écrits de Vātsyāyana
Cécile Willow Landes
Votre corps est votre temple, votre bien le plus précieux. Je trouve que c’est très beau que vous vous protégiez malgré la pression sociale et celle de votre famille. Comme le dit Enora, c’est en effet très important que vous vous aimiez vous même et que vous soyiez fière.s de vos choix. Parce que l’on a qu’une vie, c’est important que ce soit bien notre vie que nous vivions et non pas celles des gens qui se trouvent sur notre chemin. Écoutez la dernière chanson de Dany Brillant, inutile de le chercher, à partir du moment où vous travaillez à vous aimer et vous connaître vous même, l’amour vous trouvera, peu importe le temps, peu importe l’endroit.