L A - W T F
x
vous aussi
dites que vous aimez La WTF

En Corée du Sud, dénoncer un viol peut être un crime

Accusée de diffamation pour avoir porté plainte !

Par La WTF Team  - Illustration : © iStock/Montage la WTF

En Corée du Sud, les victimes de viols sont régulièrement accusées de diffamation si elles "osent" dénoncer leur(s) agresseur(s) à la police. Entre indignation, révolte et dégoût, on ne sait plus trop ce que ça nous inspire !

Être violée par un collègue de bureau, trouver le courage d’en parler à la police, puis se faire accuser d’un crime : c’est ce qui est arrivé à une Sud-coréenne travaillant à Séoul, qui se fait appeler "D." pour sa sécurité. "Il a porté plainte contre moi non-stop, m'accusant de diffamation, d'insultes, de parjure, d'intimidation et même de harcèlement sexuel", explique-t-elle à l’AFP.

Et là vous vous dites "Impossible ! Ça n’a pas pu fonctionner !". Eh bien si. En Corée du Sud, lorsqu’une victime de viol décide de dénoncer son agresseur à la police, elle se retrouve régulièrement accusée de diffamation et risque d'être punie par la loi. Ouais, comme ça, normal.

Pendant des mois, je n'ai pas pu manger, je n'ai pas pu boire

Comme le rapporte D. à l’AFP, l’un des enquêteurs lui aurait même demandé si elle voulait vraiment "détruire la vie d’un jeune homme" (sérieusement ?) et aurait appelé le parquet à refuser les poursuites contre son agresseur. "Pendant des mois, je n'ai pas pu manger, je n'ai pas pu boire. Je n'ai pas pu dormir. J'avais l'impression d'être engluée dans un marais dont je ne sortirais jamais", se rappelle-t-elle.

Comme le rapporte l'AFP, après avoir démissionné, D. a donc décidé de porter plainte contre la police, le parquet et même le médiateur du gouvernement chargé des droits de l’Homme. Conséquences : son violeur lui a envoyé des centaines de menaces par sms à elle et à sa famille et un blog a été ouvert pour l'humilier publiquement et lancer contre elles toutes sortes d'attaques personnelles, liste BFMTV.

La pseudo-bonne nouvelle de cette histoire, c'est que l’agresseur de D. a finalement été condamné à deux ans de prison pour viol et que les plaintes contre la jeune femme ont été classées. Mais ce type de scénario est monnaie courante en Corée du Sud !

À lire aussi : Des milliers de Sud-Coréennes se mobilisent contre la pornographie par caméra espion

Comme le précise RTL, selon Cho Jae-Yeon, qui travaille pour le Téléphone rouge des Coréennes : "de nombreuses victimes ne se font pas connaître. Beaucoup disent qu'elles ne pourraient pas supporter de faire l'objet d'une enquête en tant que suspecte et risquer une condamnation potentielle, comme si elles n'avaient pas déjà assez souffert".

Traitées comme des criminelles alors qu'elles sont les victimes

Une fois sorti de prison, l'agresseur de D. aurait d'ailleurs continué à la harceler, jusqu’à ce qu'il soit condamné en 2014 pour intimidation et harcèlement. Si la situation n'était pas aussi consternante, on aurait presque envie de sauter de joie. "Il y a tant de femmes comme moi qui ont été poursuivies par leurs agresseurs, qui sont en colère et frustrées d'être traitées comme des criminelles alors qu'elles sont les victimes" déplore-t-elle auprès de l'AFP.

Il faut dire que rien n'est fait pour donner aux victimes le courage de porter plainte. Lorsqu'un dossier est présenté au tribunal, les victimes doivent PROUVER qu'elles se sont débattues pour ne pas être violées. Le Parisien raconte même que "des poursuites pour viol ont déjà été abandonnées car les victimes n’avaient pas suffisamment résisté". Dégueulasse, vous dites ?

L'ONU a donc récemment sommé le gouvernement de revoir sa définition du viol et de protéger les victimes contre d'éventuelles fausses plaintes pour diffamation. Quant au ministère de la Justice, il vient de demander que les victimes ne fassent plus l'objet d'enquête pour diffamation.

Face à tant de conneries, les mots nous manquent. On espère que la justice sud-coréenne fera vite ce qu'il faut pour y mettre un terme.

La WTF Team

Partagez sur les réseaux !

Vous devez être connecté/avoir un compte pour ajouter une réponse !
Créer mon compte Se connecter

Les meilleurs commentaires
Mike62621
Je sais pas quoi dire tellement je trouve ça abjecte.Elle as eu beaucoup de courage.
loolita
Ça me choqué !!! Toute personne qui viol doit être puni est non l'inverse....

COMMENTS
loolita
Ça me choqué !!! Toute personne qui viol doit être puni est non l'inverse....
Mike62621
Je sais pas quoi dire tellement je trouve ça abjecte.Elle as eu beaucoup de courage.
simpleman4704
ces femmes sont les victimes pas les coupables c juste révoltant de voire cette mentalité il serait grand temps que les choses évoluent enfin
viwige
Choquant surtout losque l'on sait que le president actuel a été un fervent defenseur des droits de l'homme et des droits civiques dans les années 70-80. Cet ancien avocat a encore décidément encore beaucoup de travail a realiser pour faire changer les mentalités dans son pays qui traite de façon injuste et archaïque les victimes de viols!!!! esperont que cela changera rapidement car il y a urgence !
Secondegré
Du coup je suis perdue… c'est lequel le pays des barbares ? la Corée du nord ou la Corée du sud ? 😕
Nova
Qu'un violeur porte plainte pour diffamation, afin que la victime soit montrée du doigt, je crois que ça s'est beaucoup fait en France déjà (en mettant en doute l'absence de consentement)... Dsk, Polanski, Cantat (pour la violence) : ils ont tous tiré les mêmes vieilles ficelles d'un prétendu consentement en se posant en victimes. Alors pourquoi ne regarder que la paille dans l’œil du voisin coréen ? L'essentiel est que l'agresseur ait été condamné, et ses plaintes classées sans suite, même si on se dit que deux ans de prison, ce n'est pas bien cher payé.