L A - W T F
x
vous aussi
dites que vous aimez La WTF

Comment "Call me by your name" m'a rappelé ma première fois

Il s'appelait Pierre-Antoine. Et j'ai encore des frissons en pensant à lui.

Par Énora Malagré  - Illustration : © Sony Pictures Classics

Comme beaucoup d’entre nous, j’ai vu Call me by your name au cinéma et j'ai mis au moins 3 jours à m’en remettre.

Je ne suis pas là pour vous faire le critique ciné de ce chef-d’œuvre - ce n’est pas mon métier. Je peux juste vous dire que c’est la première fois que j’ai pleuré de joie devant un film. Au-delà du message de tolérance absolue du film qui nous gonfle d’ondes positives et d’humanisme inébranlable, il nous replonge dans quelque chose que nous avons tous vécu, nous, les « adultes » : le premier amour, les premiers émois du corps et la douce fragilité qui va avec…

Pour ceux qui ne l’ont pas encore vu, voici le pitch du film : « Été 1983. Elio Perlman, 17 ans, passe ses vacances dans la villa du XVIIe siècle que possède sa famille en Italie, à jouer de la musique classique, à lire et à flirter avec son amie Marzia. Son père, éminent professeur spécialiste de la culture gréco-romaine, et sa mère, traductrice, lui ont donné une excellente éducation, et il est proche de ses parents. Sa sophistication et ses talents intellectuels font d’Elio un jeune homme mûr pour son âge, mais il conserve aussi une certaine innocence, en particulier pour ce qui touche à l’amour. Un jour, Oliver, un séduisant Américain qui prépare son doctorat, vient travailler auprès du père d’Elio. Elio et Oliver vont bientôt découvrir l’éveil du désir, au cours d’un été ensoleillé dans la campagne italienne qui changera leur vie à jamais… »

Et là, je me suis souvenue.

Alors, en écoutant la bande originale du film, j’ai pris mon petit ordi et j’ai eu envie de me souvenir et de partager avec vous le mien. Mon premier amour. Peut-être aussi pour rappeler à mes petits anges plus jeunes qui me liront l’importance de la première fois. Une fois n’est pas cliché.

Je me souviens de la première fois que j’ai aperçu Pierre-Antoine. C’était dans une église (je vous jure, ce n’est pas une blague !) C’était pour sa profession de foi. Il était habillé d’un costume blanc, tel un mini-flic à Miami. Je me souviens d’avoir saoulé mes parents pour assister à cette cérémonie à laquelle participaient quelques-uns de mes potes. J’étais la seule habillée en bleu marine car mes parents sont athées et il était hors de question que je sois en blanc vu que je ne suis pas baptisée. J’avais honte, on ne voyait que moi.

Moi, en revanche, je n’ai vu que lui. Il avait beau avoir des béquilles, je le trouvais courageux d’avancer vers l’autel avec. Même s’il était petit, son allure me plaisait car il dégageait une telle force. Et puis, il a regardé droit devant lui, j’ai vu ses yeux et j'ai été foudroyée. Tellement, que j’en ai eu presque mal. Vous vous rappelez ce sentiment ? Une boule au niveau du plexus et la difficulté de respirer ? Ça y est, le voici, mon premier amour.

C'est là que tout a commencé.

J’étais chez Tourgueniev, j'ai aimé à la russe. Intensément, avec une propension au drame. Je l’ai su tout de suite. Après ce moment, j’ai passé des semaines à l’observer de loin, dans la cour, à croiser son regard. Lorsque ses yeux croisaient les miens, j’avais envie de crier et de pleurer d’amour. À ce moment-là, vous le savez, plus rien ne compte.

Et puis, un jour, il m’a enfin vu. Petite blonde, sans saveur, un peu garçonnet, au regard triste. Mais ne demandant qu’à rire. Il m’a d’abord fait sourire. Nous nous sommes parlé, nous nous sommes baladés et puis quelques jours après, nous nous sommes embrassés. Vous vous souvenez de ce premier baiser ? Je ne suis pas écrivaine et je ne pourrais pas vous le décrire avec le talent de Françoise Sagan mais je peux au moins partager avec vous qu’il m’a changé.

Un premier baiser avec quelqu’un qui vous aime, c’est l’assurance de s’aimer un peu soi-même chaque jour. Pas tout le temps mais plus longtemps. J’ai eu cette chance et je vous la souhaite.

C’est également avec ce jeune homme que j’ai aimé plus que ma vie pendant quatre merveilleuses années avec qui j’ai fait l’amour pour la première fois. J’étais terrifiée, mais ce fut incroyable. J'ai eu un petit peu mal (faut vous le dire les filles, pour celles qui n’ont pas encore goûté à ce fruit) mais le plaisir et l’exaltation envahissent tout et pour ma part, m’ont plongé dans un état de grâce. Et encore, j’ai eu la chance de me plonger dans les yeux de mon amour après avoir franchi ce cap si important et d’avoir reçu un « je t’aime » réconfortant, presque mystique à cet instant.

Que je remercie la vie ! D’avoir pu choisir, d’avoir goûté à l’amour si jeune pour désormais aujourd’hui, moins jeune, continuer à le sacraliser. Que je remercie Pierre-Antoine, qui est aujourd’hui l’un de mes plus vieux amis, de m’avoir donné cet amour qui me sert de référent.

Call Me By Your Name

Je ne tolère pas la médiocrité en amour.

J’en suis fière et c’est grâce à lui. Je remercie ce film, Call me by your name, de m’avoir replongée dans mon premier amour et d’avoir eu à nouveau accès à ce souvenir.

Je vous souhaite de vivre cela. Ça n’est pas toujours simple, mais comme il est dit dans le film, vous n’avez qu’un seul cœur et qu'un seul corps, faites-en bon usage. Vous êtes libre d’aimer qui vous voulez.

Et puis, ce message un peu basique s’adresse à mes petites louloutes plus jeunes : je vous aime tant, vous le savez. Les filles, je vous le glisse dans l’oreille : vous êtes toutes des princesses ! Vous allez le trouver, votre premier amour. Soyez patientes et exigeantes, prenez le temps et venez me raconter, ça va bien se passer, je vous le garantis.

Aujourd’hui, vous êtes peut-être tristes, vous n’y croyez pas, mais je peux vous le certifier, du haut de mes 37 petites années : votre amour mettra peut-être du temps mais il surgira de derrière les sales nuages. Et puis, cet amour-là, on le ressent toujours, toute la vie. Là, je m’adresse à celles de mon âge : oui les filles, ça arrive, encore. On frôle une main lors d’un voyage au Maroc et le cœur repart…

Je vous embrasse et je vous aime.

Vous aussi les amis, racontez-nous vos premières fois : on rira ou on chialera ensemble ! Des bisous.

Énora Malagré

Partagez sur les réseaux !

Vous devez être connecté/avoir un compte pour ajouter une réponse !
Créer mon compte Se connecter

Les meilleurs commentaires
Agora29
Quand tu disais que le contenu de la WTF serait incarné, je ne me doutais pas que tu te livrerais autant, et avec une plume incroyable de surcroit. Cet article m'a donné des frissons ma douce Énora. Pu*** qu'est-ce que je t'aime ! ❤❤
Maaaaaaaaanon_
Oh, mais c’est trop mignon ! Et puis ❤️ sur toi, c’est toi la princesse.

COMMENTS
simpleman4704
merci Enora de te livrer a nous comme cela en nous faisant partager ton vécu tes émotions tes colères tes tristesses aussi en nous encourageant a faire de même avec toi tu prends un peu le rôle de la grande sœur (si si je suis sérieux) et je ne doute pas que cela va aidez certaines personnes a te parler et a se confier a toi, merci pour tout ce que tu fait pour nous et ne soit pas étonné que l'on t'aime autant bisous
Agora29
Quand tu disais que le contenu de la WTF serait incarné, je ne me doutais pas que tu te livrerais autant, et avec une plume incroyable de surcroit. Cet article m'a donné des frissons ma douce Énora. Pu*** qu'est-ce que je t'aime ! ❤❤
Maaaaaaaaanon_
Oh, mais c’est trop mignon ! Et puis ❤️ sur toi, c’est toi la princesse.
kristoch
merci pour ces partages si forts et si personnels sinon intimes! en espérant que autant te livrer permettent de te délivrer... quant à ma 1ère fois: oh que j'ai pu être maladroit! ce n'était pas sa 1ère fois à elle donc ça va, j'ai de suite penser à compenser et découvert non seulement le sexe oral mais ma capacité à y exceller semble t-i!: on ne m'a jamais dit le contraire! par contre je ne suis jamais tombé sur une chérie me faisant la réciproque: curieux n'est-ce pas? mais comme c'est pas trop mon truc, je préfère donner que recevoir, peine à jouir que je suis, j'ai jamais ni demandé ni insisté si je le désirais: sans doute un peu de regrets, je vais pas dire remords car dedans il y a mords! mord de rire?! ;) :)
Mounette
Merci Enora pour tte cette douceur que tu nous envoie tu es si bienveillante. Merci prend bien soin de toi❤️
Jean Dupré
Un premier amour qui était loin de se douter que tu assisterais un jour au glissé de nouilles dans le slip à Mathieu Delormeau.
laetibordeaux
Mais quelle jolie histoire tout comme toi Énora tu es une belle personne entière changes rien j’adore !!!!😊😊😘😘
Jon Chrystopher Camaron
hope
WildRose
Tu sais Eno j ai 26 ans je n ai pas encore connu ce qu est le premier amour, hormis un pauvre idiot qui ne compte pas... Je me sens comme un extraterrestre, et puis le vide affectif est difficilement supportable au quotidien. Ton histoire personnelle donne de l espoir. Je t ai toujours adoré car tu es entière, authentique, tu ne triches pas. Belle continuation à vous deux 😚
Line
superbe article 👍💪💖 ma première fois était magique, jour de mes 16 ans, instant prévu et tellement spontané en même temps. On s'est aimé passionnément, de ce feu qu'on a lorsqu'on est jeune, qu'on aime à en mourir. Puis le destin nous a séparer malgré nous, deux ans plus tard. un amour impossible à oublier, il était mon premier...