L A - W T F
x
vous aussi
dites que vous aimez La WTF

Ces rappeuses qui nous donnent envie de conquérir le monde

Voici 6 artistes à part... parmi tant d'autres

Par La WTF Team  - Illustration : © Wikimedia

Vous aussi, quand vous parlez de rap avec des amis, vous êtes souvent étonnée lorsque les rappeuses, pourtant talentueuses et prolifiques, ne sont jamais citées ? Laissons Kendrick Lamar et Kanye West 30 secondes et concentrons-nous sur celles qui ont tant apporté, hier comme aujourd’hui.

Comment peut-on passer à côté d’elles ? Comment peut-on oublier l’obstination, la force et le courage de ces filles qui ont fait les nineties ? Comment peut-on tirer un trait sur l’impressionnante Queen Latifah et son combat engagé pour les femmes ? Comment peut-on nier l’influence de Foxy Brown et de Lil’ Kim, les deux sœurs effrontées ennemies du rap game et de leur rap hyper-féminin et sans tabou ? Comment est-il possible de faire omission des empreintes laissées d’une Missy, d’une Lauryn Hill d’une Erykah Badu et plus récemment d’une Nikki Minaj au rap ?

Indélébiles, impérissables, elles résonnent en nous comme un hymne à la liberté et à l’émancipation. Et ce ne sont pas les hommes qui leur ont insufflé le talent et la fougue.

Nous savons qu’il y en a une multitude, et nous n’avons pas la prétention de toutes les connaître. Voici celles qui nous inspirent.

Missy Eliott, la pionnière.

« I got a cute face, chubby waist, Thick legs, in shape, Rump shakin’, both ways, Make you do a double take »

Missy, c'est la queen des queens. Talentueuse et novatrice, elle a marqué d’une empreinte très forte la scène rap des années 90 et des années 2000. Une véritable icône qui ne s’est jamais véritablement revendiquée féministe, mais qui l’a prouvé de 1001 façons. D’abord en s’entourant de toutes les meilleures chanteuses R&B de sa génération (le merveilleux trio de TLC ou bien la magnifique et toujours autant regrettée Aaliyah) mais surtout en véhiculant une image forte de la féminité. Productrice, parolière, chanteuse, danseuse, elle a su s’imposer malgré son sexe et la misogynie du milieu sans être d'abord un corps et des courbes. Non, Missy est une reine, une reine badass que rien ne peut arrêter. Une véritable inspiration, dont les sons, malgré les années, n’ont pas pris une seule ride.

Lil’ Kim, l’effrontée.

« No matter what people say, We got it going on, Who cares about what they think ? We are the number one !»

À la différence de Missy, Lil’ Kim a fichu un sacré coup de pied dans la fourmilière du rap en utilisant sa sexualité et son corps comme deux armes redoutables et infiniment puissantes. Lingerie, robes moulantes et autres accessoires bling bling sur elle, Lil’ Kim assume la personne qu’elle est : effrontée, insolente, libre, et non moins talentueuse. Tout en assumant son amour pour le sexe et pour les belles choses. Pourquoi ce serait interdit ? Une grande première dans le rap qui a fait d’elle une légende.

Cardi B, la grande gueule.

« Honestly, don't give a fuck 'bout who ain't fond of me, Dropped two mixtapes in six months, what bitch working as hard as me ? » 

Retour en 2018 avec Cardi B, digne héritière de Lil' Kim avec une hypersexualité revendiquée, des textes tout aussi crus et une sacrée grande gueule. Elle est là, elle assume tout et elle nous fait danser avec Bodak Yellow jusqu’au petit matin (au moins). Et puis, la jeune rappeuse n’a aucun problème avec son passé de strip-teaseuse et n’hésite pas à le faire savoir. Elle prend de la place, que ce soit dans nos oreilles ou sur nos écrans et son album sonne comme un gros poing sur la table. Non, la colère n'est pas une affaire masculine. C’est simple : le rap de demain sera féminin ou ne sera pas. Cardi B ne nous lâchera pas de sitôt.

Tommy Genesis, l’ovni.

« I’m the shepherd of my flock, fuck the rest ! That’s my whole team, watch me fuck the rest. »

Cette fille des internets au visage angélique, esthète et fan invétérée de mangas et de punk, a plus d’un tour dans son sac. Tommy Genesis, biberonnée à MTV depuis son plus jeune âge, s’inspire de ses grandes sœurs avec un rap hardcore et ultra-féminisé qui laisse peu de place aux équivoques et y ajoute une dimension expérimentale avec des sons aériens. Vêtue de ses mini-jupes et de ses crop-tops, elle revendique son obsession pour la sexualité et ne se sent jamais gênée d’en parler dans ses chansons, quand en interview, elle garde précieusement une part de mystère. Parmi ses modèles, elle cite Madonna ‘période Like a Virgin’ et internet semble être son seul et unique héritage. Finalement, on a tous en nous quelque chose de Tommy.

Princess Nokia, l’engagée.

« With my little titties and my phat belly, I could take your man if you finna let me, It's a guarantee that he won't forget me, My body little, my soul is heavy »

De son vrai nom Destiny Frasqueri, Princess Nokia est sans nul doute la rappeuse la plus prometteuse de sa génération, pour la raison évidente qu’elle l’incarne le mieux. Son rap s’inscrit directement dans une logique militante et elle n’hésite pas à manifester son ras-le-bol. La jeune femme, d’origine afro-portoricain, se revendique elle-même « féministe intersectionnelle », et a pour volonté de « botter le cul du patriarca » tout en s’insurgeant contre le racisme, le tout avec une assurance flamboyante. En concert, elle demande à toutes les femmes de s’avancer devant la scène : « Je veux que les jeunes filles enlèvent leur soutif à mes concerts et se sentent libérées, sans peur, très bitchy et courageuses. Je souhaite également que les femmes de couleur voient quelqu’un qui leur ressemblent dans les médias » raconte-t-elle aux Inrocks. Princess Nokia, l’artiste dont on avait tant besoin.

Angel Haze, l'androgyne

« Okay I’m Rambo I ramshack, I’m next to that cheese like rat traps, On top of that green like grass ass, That’s over y'all head like snapbacks »

Elle vient de New-York et fait partie de la scène rap queer en raison de son engagement féministe. Angel Haze brouille les stéréotypes de genre avec une attitude androgyne, cultivant un amour pour les chaines en or et les tenues sombres. Son rap est puissant, électrique et éclectique.

Bon, et la France, dans tout ça ?

Difficile à dire. Les rappeuses sont nombreuses et talentueuses, mais le milieu reste encore très fermé aux femmes. Difficile également d’imaginer une nouvelle Lil’Kim ici, tant le milieu reste encore hélas très misogyne. Il y a encore du chemin à faire. Prochainement, Énora fera la rencontre de Mehdi Maizi, journaliste pour OKLM Radio, afin de faire un état des lieu du rap féminin en France. Stay tuned !

La WTF Team

Partagez sur les réseaux !

Vous devez être connecté/avoir un compte pour ajouter une réponse !
Créer mon compte Se connecter

Les meilleurs commentaires
Admin LAWTF Team
Bonjour, ce sujet fera l'objet d'un autre article, dédié uniquement aux rappeuses françaises. Ce que nous voulions dire, c'est qu'elles sont largement minoritaires dans le paysage du rap français et que le milieu ne met pas assez en lumière toutes ces femmes très talentueuses. Bonne soirée, Marion 😊
Marion33
Je suis très surprise de votre dernier paragraphe ! Si elles sont nombreuses et talentueuses pourquoi ne pas les inclure dans votre sujet ! Je pense que DIAMS en son temps a fait énormément pour le rap français je pense notamment à des titres tels que « enfants du désert » ou « ma France à moi ». De même Keny Arkana a écrit des textes très porteurs et des mélodies sublimes notamment « Victoria » ou « la mère des enfants perdus »... je pense que les françaises n’ont pas démérité et qu’on leur doit plus qu’un petit couplet...

COMMENTS
flo31
Je crois que Chilla peut carrément être considérée pour cet article en tant que représentante du rap féminin!
Marion33
Je suis très surprise de votre dernier paragraphe ! Si elles sont nombreuses et talentueuses pourquoi ne pas les inclure dans votre sujet ! Je pense que DIAMS en son temps a fait énormément pour le rap français je pense notamment à des titres tels que « enfants du désert » ou « ma France à moi ». De même Keny Arkana a écrit des textes très porteurs et des mélodies sublimes notamment « Victoria » ou « la mère des enfants perdus »... je pense que les françaises n’ont pas démérité et qu’on leur doit plus qu’un petit couplet...
JeanJacquesSuperSympa
D’accord avec toi Marion !
cacaboudin
Placement
Admin LAWTF Team
Bonjour, ce sujet fera l'objet d'un autre article, dédié uniquement aux rappeuses françaises. Ce que nous voulions dire, c'est qu'elles sont largement minoritaires dans le paysage du rap français et que le milieu ne met pas assez en lumière toutes ces femmes très talentueuses. Bonne soirée, Marion 😊
Marion33
Bonsoir, merci pour votre échange ! Nous attendrons donc impatiemment votre nouvel article ! 😉
Roxane Léonie Julia Marcellin
Chilla mérite de loin sa place dans cet article ! Nouvelle rappeuse au talent indéniable ! perso j adore j adhère ! N oublions pas non plus diams et Keny Arkana qui ont marqué la France !
Jon Chrystopher Camaron
Laurenne Hill n'a eu le temps de faire qu' un album solo mais inoubliable. @enoramalagre
Melouch
Missy elliot est top comme artiste ! Je ne connaissais pas les autres, je vais écouter de ce pas !
Hajer Zitouni
missy manque cruellement !!!je pense également à la regretté aaliyah !!!