La "Bible des femmes", c'est quoi ce truc ?

Religion et féminisme, est-ce possible ?

La WTF Team - 27/11/18 17:00

Des théologiennes viennent de publier une "Bible de femmes". Leur but? Revendiquer que les valeurs féministes ne sont pas incompatibles avec le livre religieux. Envie d’en savoir plus?

Cette idée a germé dans la tête de deux enseignantes de la Faculté de théologie de Genève: Élisabeth Parmentier et Lauriane Savoy. Leur idée? Créer une "Bible des femmes", et offrir ainsi une toute nouvelle interprétation du livre.

Un projet ambitieux

Mais c’est quoi au juste une "Bible des femmes" ? Bonne question! Pour ce projet ambitieux et original, ces deux théologiennes ont rapidement été rejointes par d’autres femmes de tous les âges et toutes les religions. Une véritable équipe de choc! Leur objectif? S’emparer des thématiques majeures liées aux femmes en cette période post #Metoo, et offrir une toute nouvelle analyse de la Bible à partir d’une dizaine de thèmes fondateurs. Le but? Mettre en évidence la manière dont les textes bibliques peuvent être lus, aujourd'hui, en 2018.

A lire aussi : les grands classiques de la littératures à (re)découvrir d'urgence

Des thématiques modernes

Pour ce faire, elles ont donc travaillé, dans un premier temps, à replacer les textes dans leur contexte, afin de tenter d’expliquer certains passages qui peuvent paraître antiféministes. A travers ces différents textes religieux, elles abordent, dans un second temps, des thématiques comme la séduction, le corps et la maternité. Intelligent, non? En 1898, déjà, un ouvrage similaire du non de la "Woman’s Bible" avait vu le jour. Ce dernier s’indignait de certaines interprétations masculines de la Bible, d’un patriarcat parfois trop présent ou d’une mauvaise image de la femme.

L’exemple de Marie Madeleine, aka Marie de Magdala

Pour plus de compréhension, les théologiennes s’appuient sur des exemples connus de tous, comme Marie-Madeleine. Personnage fondamental (elle accompagne Jésus jusqu’à sa crucifixion, et découvre sa résurrection), elle n’est pourtant décrite QUE comme une prostituée. Aujourd’hui, le livre connaît déjà un "joli début de succès", confie Matthieu Mégévand, son éditeur, à l’AFP.

Le pari des auteurs de cette Bible au féminin? Prouver que ces textes ne sont pas antiféministes. Vous trouvez que c’est réussi?

COMMENTS

Publier !