Coeur de Pirate en sous-vêtements et sans retouche pour parler "acceptation de soi"

"Je me suis comparée jusqu'à me convaincre que j'étais impossible à aimer"

La WTF Team - 08/11/18 17:00

Afin d’évoquer un mal qui la ronge depuis plusieurs années, Cœur de Pirate a accepté de poser en sous-vêtements pour "The Womanhood Project". Un beau shooting sans aucune retouche.

"Mon corps n’était plus rien pour moi, c’était un simple outil pour effectuer mes activités quotidiennes", confie Béatrice Martin au "Womanhood Project", au sujet du mal-être dont elle souffre : la dysmorphophobie, un trouble qui se caractérise par une perception de soi, ou d'une partie de son corps, altérée, et qui engendre complexes et souffrances intenses.

"Des interminables shows aux apparitions publiques sans fin, la dysmorphie corporelle s’est installée. Je changeais mille fois de tenues, je comptais chaque vergeture et mes vêtements me donnaient l’impression de me brûler les membres. Je me suis comparée, et comparée encore et encore, jusqu'à me convaincre que j'étais impossible à aimer" ajoute-t-elle.

View this post on Instagram

Very happy to be part of @the_womanhood_project / I do love Instagram but there is a real problem with inclusiveness on this platform. I find it important to give visibility to accounts and projects that promote diversity and use feminism in a way that destroys the patriarchal way of portraying women. It’s not easy to post this : it’s not retouched in any way but I have to be proud of my body and what I put it through. Anyway, y’all love yourselves now. ?

A post shared by Coeur De Pirate (@beatricepirate) on

À lire aussi: Cœur de Pirate se confie sur la dysmorphophobie dont elle souffre

Détruire la représentation patriarcale des femmes

Et c'est pour encourager toutes les femmes qui souffrent à s'aimer, que Coeur de Pirate a choisi de participer au "Womanhood Project". Un projet qui célèbre l'acceptation de soi et la diversité, à travers une multitude de photographies de femmes publiées sans aucun artifice.

"Je suis très heureuse de faire partie de "The Womanhood Project", explique la chanteuse sur son compte Instagram. J'adore Instagram, mais il existe un réel problème d'inclusion sur cette plateforme. Je trouve important de donner de la visibilité aux comptes et projets qui promeuvent la diversité et utilisent le féminisme de manière à détruire la manière patriarcale de représenter les femmes. Ce n’est pas facile de poster ça : ce n’est pas du tout retouché mais je dois être fière de mon corps et de ce que j’ai fait passer".

Bravo Béatrice Martin, et merci "The Womanhood Project" de rappeler à chacun que les beautés sont multiples.

COMMENTS

Publier !

Les Vaillantes #4462 - 08/11/18 21:52

Merci Béatrice Martin et WTF pour ce beau témoignage. Instagram est un réseau très cool mais il manque souvent d’authenticité. Nous sommes tellement d’accord avec Béatrice : « Je trouve important de donner de la visibilité aux comptes et projets qui promeuvent la diversité et utilisent le féminisme de manière à détruire la manière patriarcale de représenter les femmes. » La représentation des femmes dans notre environnement culturel n’est pas sans conséquences sur la perception de notre corps. L’objectification est un effet tangible. Ces paroles, nous ont rappelé un terme de l’abécédaire joyeusement moderne du féminisme de Clarence Edgard-Rosa : « Dans une société où les femmes sont sans cesse scrutées et en proie à des injonctions régissant leur apparence physique, elles apprennent à intérioriser le regard évaluateur des autres et finissent pas s’objectifier elles-mêmes, se considérant objet avant de se considérer comme sujet. C’est ce qu’on appelle l’auto-objectification : se demander « de quoi ai-je l’air » davantage que « comment je me sens ? ». Pour illustrer cela Clarence donne l’exemple d’une interview avec Cameron Diaz qui mentionnait « Je pense que toutes les femmes ont envie d’être objectifiées ». Oui, un bel exemple de l’intériorisation des normes qui se joue. Allez, on s’engage dans ce combat (et pour reprendre les mots de Béatrice) : « détruire la manière patriarcale de représenter les femmes ». Trop de Love Les Vaillantes www.lesvaillantes.com

Antic #4468 - 10/11/18 11:28

Merci pour ce témoignage touchant. 🌸