Inégalités salariales : les entreprises auront 3 ans pour y remédier

Sinon, il y aura des sanctions !

La WTF Team - 24/10/18 12:00

Mardi 23 octobre, Muriel Pénicaud, ministre du Travail, a annoncé qu'à partir de l'an prochain, les entreprises auraient pour obligation de corriger les inégalités de salaires entre leurs employé(e)s.

Depuis le temps qu'on en parle, elle est enfin là ! Qui ? La mesure visant à corriger les inégalités salariales entre les hommes et les femmes. Elle constitue l'un des volets de la loi "Avenir professionnel", votée cet été.

Mardi 23 octobre, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a annoncé qu'à partir du 1er janvier 2019, les entreprises de plus de 50 salariés auraient pour obligation de mesurer l'écart des salaires entre leurs employés hommes et leurs employées femmes, à poste égal. Et si cet écart n'est pas justifié, elles auront alors trois ans pour corriger le tir.

L'écart de salaire entre femmes et hommes est de 25%, 9% à travail égal. Dès le 1er janvier, nous passons d’une obligation de moyens à une obligation de résultats pour qu'enfin soit appliqué le principe “à travail égal, salaire égal” inscrit dans la loi depuis 45 ans #EgalPro pic.twitter.com/wzMMM6faAt

— Muriel Pénicaud (@murielpenicaud) 23 octobre 2018

À lire aussi :L'OMS alerte sur les risques des tests de virginité

"Payées 25% de moins sur l'ensemble de leur carrière"

Alors pourquoi cette mesure ne concerne-t-elle pas les entreprises de moins de 50 salariés ? Parce que, selon la ministre, il fallait suffisamment de salariés aux mêmes postes pour pouvoir les comparer entre eux.

Et toute entreprise refusant de respecter cette loi sera sanctionnée. Celles au sein desquelles les employé(e)s auront des différences de salaires non justifiées devront "faire une enveloppe de rattrapage sur trois ans", sinon elles seront sanctionnées à hauteur de 1% de leur chiffre d'affaires a assuré la ministre.

D'après les chiffres révélés par le ministère,les femmes sont rémunérées environ 9% de moins que les hommes. Un chiffre qui passe à 25% pour l’ensemble d’une carrière, puis 37% au moment de la retraite. Une différence ÉNORME quoi.

Plus de détails sur cette nouvelle mesure sont à venir courant novembre.

COMMENTS

Publier !

Zébrulon #4380 - 24/10/18 13:49

Sur le papier c'est très bien et on doit saluer l'intention. Malheureusement dans les faits le compte n'y est pas, pour deux raisons : 1) d'abord les DRH peuvent très facilement définir des intitulés de postes différents avec des périmètres professionnels qui interdisent toute comparaison. 2) Ensuite, la sanction de 1% n'est pas assez incitative. Exemple : soit une société fictive X, ayant un CA annuel de 8 millions €, constituée de 100 salariés dont 48 femmes, payées 9% de moins que le salaire brut médian de 33300 €. Cela représente un manque à gagner de 3000 € / an pour chacune d'entre elles et une économie (charges comprises) de 5000 € pour la société. L'entreprise gagne jusqu'ici 240 000 € / an en sous-payant ses collaboratrices, soit 3% du CA; donc une pénalité de 1% (80 000 €) reste sous-évaluée. CQFD