Histoire de femmes : Cecilia Payne, une astronome pionnière

Sa découverte pour l'astronomie est majeure !

La WTF Team - 28/10/18 17:00

Si le nom de Cecila Payne vous est inconnu, sachez qu’elle a pourtant révolutionné le monde de l’astronomie. Mais malheureusement, cette scientifique qui connaissait les étoiles mieux que personne s’est heurtée au machisme ambiant de l’époque.

En termes de découvertes astronomiques ou de conquête spatiale, ce sont généralement les noms de personnalités masculines qui ont leur place dans les livres d’Histoire. Pourtant, Cecilia Payne n’a rien à leur envier, bien au contraire.

Son rêve: l’astronomie

Fille d’une mère peintre et d’un père avocat et historien, Cecila Payne est l’ainée d’une famille de 3 enfants. À la mort de son père, en 1904, elle doit s’occuper de sa famille et laisse son enfance de côté. Bien que sa mère préfère miser sur l’éducation de ses garçons, la jeune femme parvient à décrocher une bourse en science naturelle dans la très réputée université de Cambridge. Elle y apprend la physique, la chimie, mais également la botanique. Un jour, lors d’une conférence d’Arthur Eddington, qui a pu photographier une éclipse solaire, la jeune femme a une révélation: elle veut faire de l’astronomie son métier!

Une découverte majeure

Elle termine ses études sans obtenir son diplôme. Non pas qu’elle ne soit pas brillante, mais tout simplement, parce qu’à l’époque, l’Université de Cambridge ne délivre pas de diplôme aux femmes. Quant aux bourses, elles lui sont toutes refusées. En 1923, elle décide de partir aux États-Unis, espérant que ce pays soit plus moderne que l’Europe en ce qui concerne la condition des femmes. Elle travaille ainsi sous la direction de Harlow Shapley, le directeur de l’Observatoire de l’université Harvard.

À lire aussi : Sunita Williams, une astronaute au parcours complètement waouh !

La jeune femme concentre ses recherches sur la température des étoiles. Elle découvre alors que, si les étoiles ont une composition en éléments lourds semblables à la Terre, c’est qu’elles sont majoritairement composées d’hydrogène. À l’époque, toutes les découvertes contredisent cette théorie. Son collègue et patron, Henry Russell, un scientifique de renom, la dissuade de publier sa découverte. Elle s’incline sous la pression. Quatre ans plus tard, ce dernier publie un article sur le même sujet, s’appropriant, de fait, la découverte de la jeune femme. Vous avez envie d’insulter cet homme? Nous aussi.

La première femme à diriger un département d’astronomie

Tout au long de sa carrière, et malgré cette découverte qui changera bien des choses en astronomie, le fait d’être une femme la bloque dans son avancement professionnel. Malgré tout, elle ne lâche rien et continue dans la recherche. Elle épouse Sergei Gaposchkin en 1934, et conserve son poste de chercheuse, un acte qui choque son entourage. Eh oui, dans les années 30 une femme mariée avait plutôt pour habitude de rester à la maison. Cecila Payne-Gaposchkin ne l’entend pas de cette oreille. Elle donne même une conférence, enceinte de cinq mois. On lui demandera de ne plus recommencer. Savante et enceinte, le combo ne séduit pas la communauté scientifique.

Toujours aussi battante, elle poursuit ses recherches et mais ne reçoit, que des années plus tard, des prix récompensant sa carrière. Elle devient membre de la Société philosophique américaine, en 1936, et quelques années plus tard, en 1943, de l’American Academy of Arts and Sciences. Il lui faudra, cependant attendre 1956, avant d’être nommée professeur dans la prestigieuse université d’Harvard, où elle sera, officiellement, la première femme à diriger le département d’astronomie. Ça nous donne envie de l’applaudir, pas vous?

Décédée d’un cancer des poumons en 1979, un astéroïde porte, aujourd'hui, son nom. L’espace et la galaxie se souviendront d'elle pour toujours.

COMMENTS

Publier !