Dans les coulisses du porno : "Tout est négociable, même son consentement"

"Judy, Lola, Sofia et moi", le livre choc de Robin D'Angelo

Lola Talik - 22/10/18 8:00

Le 18 octobre est paru "Judy, Lola, Sofia et moi", un livre de Robin D'Angelo sur les coulisses du porno-amateur. Et ce que l'on y apprend fait froid dans le dos.

  • "Tu commences un truc, tu finis, c'est normal. Ce n'est pas elle qui décide. Ou dans ce cas-là, elle est payée moins"
  • "Mais la meuf, elle peut capter en cours de route que ce n'est pas ce qu'elle pensait, qu'en fait elle n'y arrive pas, que c'est trop dur..."
  • "Bah c'est comme ça"

Voici le genre d'échanges que l'on peut découvrir au sein de "Judy, Lola, Sofia et moi", signé Robin D'Angelo. Pour l'écriture de ce bouquin, le journaliste s'est totalement immergé dans l'industrie du porno-amateur, pendant plusieurs mois. Si le résultat est pleinement intéressant, il faut tout de même avoir le coeur bien accroché pour arriver jusqu'au bout.

À lire aussi :Témoignages - jeunes libertins, ils sont devenus polyamoureux

"Façon Weinstein"

C'est ainsi que se nomme le chapitre 24. Si vous vous posez la question, non, Harvey Weinstein n'a pas été sollicité pour l'écriture du bouquin... mais c'est tout comme !

Dans l'un des passages de ce chapitre, le journaliste raconte l'histoire de cette jeune actrice albanaise, "une star aux 140 000 followers", venue d'Espagne pour réaliser un tournage à Paris. Ce qu'elle ne sait pas, c'est que celui-ci ne va pas tout à fait se passer comme prévu. Car le producteur du film, un certain Célian, n'avertit pas les filles de ses crachats, gifles et gorges profondes. Pour plus de spontanéité et de réalisme (...) C'est quitte ou double. Certaines se prêtent au jeu, d'autres non".

Dois-je lui dire que ce type de comportement est une agression sexuelle ?

"Dois-je lui dire que ce type de comportement est une agression sexuelle ?", s'interroge le journaliste. On serait tenté de dire oui. Pendant la scène, Célian, qui est aussi acteur, demande au journaliste, qui s'improvise cameraman : "Fais des plans larges, pour qu'on voie bien que je l'écrase, façon Weinstein !". Le décor est planté. La suite du récit nous apprend que l'actrice se fera bel et bien surprendre par la violence de Célian, qu'elle dira "stop", que la scène reprendra (de manière toujours aussi violente), et que l'actrice finira par empocher plus d'argent que prévu. Une sorte de dommages et intérêts quoi.

"La contrainte sexuelle fait partie du métier"

Après plusieurs mois d'immersion, Robin D'Angelo a donc pu se faire une idée de la condition des femmes au sein de l'industrie du porno, amateur ou pas. "La contrainte sexuelle fait partie du porno", nous explique-t-il. Par "contrainte", le journaliste ne parle pas de "couteau sous la gorge ou de flingue sur la tempe", mais du fait de "ne pas pouvoir dire non".

"C'est comme certaines actrices que j'ai rencontrées. Elle n'aiment pas la sodomie, mais elles y passent quand même, parfois par peur de ne pas être reprises sur un tournage. D'autres disent non, mais savent qu'à force d'insistance elles finiront par céder", nous raconte-t-il, précisant qu'il ne faut pas faire de généralité et que toutes ne le font pas sous la contrainte.

L'industrie du porno est le reflet de la société

Quoiqu'il en soit, tout ça nous choque. Après tout, un "non" est "non". Pourquoi faudrait-il insister ? Pourquoi faudrait-il céder ? Pourquoi l'industrie du porno a-t-elle autant besoin d'une domination masculine sur les femmes ?

À lire aussi :Sex island - l'île ultra glauque où on peut se payer des meufs

Normaliser les contraintes du métier

Selon Robin D'Angelo, "l'industrie du porno est tenue par des hommes et elle est le reflet de la société et du sexisme que l'on retrouve ailleurs". Mais si certains passages du bouquin ont largement de quoi nous prendre aux tripes, le journaliste nous confie qu'il ne faut pas non plus "considérer les actrices comme des victimes".

L'une des actrices avec laquelle il s'est entretenues lui aurait ainsi expliqué : "ce qu'on fait, peu de femmes peuvent le faire. On est courageuses". Il nous raconte ainsi que beaucoup d'entre elles auraient eu des parcours de vie difficile, et auraient fini par "normaliser" les "contraintes du métier".

Mouais. On est clairement plus révoltés que convaincus, mais si vous êtes curieux et que vous n'avez pas froid aux yeux, allez donc jeter un oeil à "Judy, Lola, Sofia et moi", aux éditions Gouttes D'or Eds. On est impatient de lire vos avis !

COMMENTS

Publier !

simpleman4704 #4363 - 22/10/18 16:07

ça donne juste envie de vomir en ne lisant que cet article