Femmes et street-artistes ! Zoom sur des graffeuses dans le vent

Des bombes talentueuses !

La WTF Team - 14/09/18 15:00

Banksy, Above, Eduardo Kobra, C215 ou encore SpY… Le street-art est bien souvent associé aux hommes. Pourtant, quand on se penche un peu sur la question, on découvre de nombreuses femmes dans le milieu. Et pour ne rien gâcher, elles sont toutes ultra talentueuses.

Bambi

Bambi est souvent comparée au légendaire Banksy. Son travail est visible dans les rues de Londres. Elle décrit son art comme "une croisade socialeoù le culte de la célébrité et des corps, mode, politique et publicités sur papier glacé, sont ses principales sources d’inspiration." Comment reconnaître les fresques de Bambi si vous êtes de passage dans la capitale anglaise? Rien de plus simple! C’est la reine des célébrités. Sous ses bombes de peinture se dessine des femmes inspirantes, de Madonna à Liz Taylor, en passant par Amy Winehouse et même la Reine Elizabeth.

Voir cette publication sur Instagram

Don't forget to watch the Queen's speech today at 11:30. It is thought she will discuss Brexit, domestic abuse legalisation and the recent atrocities #queensspeech #queenelizabeth #streetart #artist #artnews #artstagram #artmakesadifference

Une publication partagée par Bambi Street Artist (@therealbambistreetartist) le

Lady Pink

Sur Internet, Lady Pink est souvent présentée comme "la première femme graffiti". Ce n’est pas tout à fait faux, puisqu’elle a commencé à graffer dans le métro new-yorkais à la fin des années 70. Et à cette époque, vous vous en doutez, les filles avec des bombes de peinture ne couraient pas les rues. Son objectif actuel ? Défendre les femmes dans le milieu du street-art, et se battre pour que leur travail soit reconnu.

Voir cette publication sur Instagram

My new mural for the O+ Festival in Kingston NY#streetartist #ladypinknyc #graffitiart

Une publication partagée par Lady Pink (@ladypinknyc) le

Shamsia Hassani

Shamsia Hassani est une street-artiste afghane et professeure agrégée de sculpture à l’Université de Kaboul. Elle peint, parfois au péril de sa vie, dans le but de sensibiliser le public aux armes de guerre, au sort des femmes, à l’égalité et à l’accès à l’éducation. On lui dit bravo !

A lire aussi : Le top des rendez-vous culturels de la rentrée

Kashink

Si vous croisez un jour Kashink en train de graffer dans les rues de Paris, vous la reconnaitrez facilement. L’insolite artiste a souvent une fausse moustache colorée au-dessus de sa bouche. Son style? Des dessins pimpés de teintes chaudes, en hommage à ses origines slaves et hispaniques. A travers ses fresques, elle fait référence aux droits des femmes, à l’homosexualité ou encore à la religion. Bref, elle tente, de faire tomber les barrières et c'est beau.

Voir cette publication sur Instagram

Refuse Resist, Paris 19 #canaldelourcq. Thank you @galeriethewall51 for the spot, @sepultura for the inspiration, @karar_pik for the pic, and everybody who showed up with such positive vibes ???#refuseresist

Une publication partagée par kashink1 (@kashink1) le

Miss Van

Miss Van est une graffeuse française qui s’est envolée à Barcelone. Dès l’âge de 18 ans, dans les années 90, elle commence à peindre les murs de sa ville natale, Toulouse. Son style? Des pin-up des années 50, ou encore des femmes de l’époque baroque. Toujours avec une touche de romantisme, elle peint des femmes fatales dont toutes les meufs peuvent s’inspirer et qui ne laissent pas les mecs insensibles.

Retenez bien le nom de toutes ces meufs et si vous le pouvez, courez admirer leurs peintures!

COMMENTS

Publier !

simpleman4704 #4012 - 14/09/18 15:05

merci pour toutes ces infos des plus intéressantes certes dans mon coin y'a aucun ou si peut de graffiti mais lorsque je vais sur Paris parfois c vrai qu'il y a de vraies œuvres d'art