Sexisme ordinaire : quand les algorithmes des sites d'emploi préfèrent les hommes

Les robots seraient sexistes !

La WTF Team - 10/09/18 16:00

Selon une récente étude, les offres d’emploi publiées sur la toile seraient moins visibles par les femmes que par les hommes. Et si les robots et leurs algorithmes étaient sexistes?

Il est loin le temps où l’on cherchait du travail sur les dernières pages du journal. Aujourd’hui, tout se passe sur Internet. Indeed, Linkedin, Monster... Les plateformes spécialisées dans la recherche d’emploi envahissent le web. Le problème, c’est que les femmes partent avec un handicap.

Ça mérite une explication !

Anja Lambretch et Catherine Tucker, deux chercheuses du MIT et de la London Business School, interrogées sur la visibilité des offres d’emploi sur internet et le constat est un peu alarmant. En effet, les femmes auraient moins accès au marché du travail, en particulier dans les domaines de la science, des mathématiques, de l’ingénierie et de la technologie. La faute aux algorithmes !

À lire aussi :"Paye ton taf " : le tumblr qui déclare la guerre au sexisme au travail

Comment expliquer ce phénomène?

Pour enquêter, les deux femmes ont rédigé une fausse offre d’emploi, la plus neutre possible. Une fois celle-ci postée sur les différentes plateformes et mise en avant sur les réseaux sociaux, elles ont constaté que les hommes avaient aperçu l’annonce 20 % plus souvent que les femmes. Bon, déjà que le sexisme est très présent au travail il fallait, en plus, que les robots s’y mettent. Car oui, c’est la faute des robots. Enfin… des robots et des personnes qui les créent. Sur Internet, il existe un système d’enchères qui permet de mettre en avant ou non une annonce. Quand les chercheuses ont voulu poster la fausse offre d’emploi, l’algorithme leur a proposé de cibler les femmes pour 20 centimes et les hommes pour 19 centimes. En clair, une entreprise qui voudrait poster une offre d’emploi ferait des économies en choisissant de cibler les hommes.

La loi du marché

Du côté des algo des réseaux sociaux, l’herbe n’est pas tellement plus verte. C’est même pire. En effet, l’algorithme d’Instagram propose de cibler le clic d’une femme pour 1,75 dollar, contre 0,95 dollar pour un homme. C’est la loi du marché qui prime! Les femmes étant plus nombreuses sur Internet, le prix de leurs clics s’envole. Et malheureusement, ce sont elles qui subissent les conséquences.

Ce n’est pas la première fois que des chercheurs mettent en lumière des algorithmes "sexistes". En juin dernier, déjà, des scientifiques de l’université de Carnegie Mellon avaient révélé que les algorithmes de Google ciblaient mieux les offres bien rémunérées pour les hommes que pour les femmes.

Créés par l’humain, les algorithmes et intelligences artificielles finissent tout simplement par reproduire les schémas de notre société et ce n’est pas joli joli!

COMMENTS

Publier !

simpleman4704 #3939 - 10/09/18 16:04

c juste ahurissant et scandaleux merci la WTF de l'avoir mis en avant

Agora29 #3940 - 10/09/18 17:03

Le contraire aurait été surprenant car, comme souvent, c'est la dernière phrase de votre article qui est déterminante. En effet, à cause des fantasmes nés de la science-fiction, les gens ont tendance à incriminer les robots ou l'Intelligence Artificielle comme s'ils étaient de vrais organismes avec une volonté propre. Mais ce ne sont que des outils numériques qui ne font que traiter des données de sources humaines, fournies par des humains avec des algorithmes conçus par des humains. À quel moment vous vous êtes dits "c'est bon, le robot est plus intelligent que nous, il va de lui-même nous pondre un résultat égalitaire et juste, sans sexisme ni discrimination" ??? Le jour où l'IA sera capable d'un tel miracle, elle ne voudra plus parler avec des créatures aussi imparfaites. L'être humain n'aura plus sa place et pourra disparaître…

Joanna Pedergnana #3948 - 11/09/18 7:50

Mon chef au quotidien ... tous les midis si je mange ne serait ce que des concombres :  «  arrête de manger t’es déjà assez grosse comme sa » ou alors en parlant dés cliente « olala y’a vu ses seins je mettrait bien la tête dedans » « quand je voie son petit cul sa me donne envie lui faire une sodomie » « (renifle à plusieur reprise et dit ) tu sent ? Y’en a une elle pas de culotte » ... vive la restauration