L'époque où Hollywood obligeait ses actrices à avorter

A pleurer !

La WTF Team - 09/09/18 17:00

Sous la pression des producteurs et pour préserver leur carrière, de nombreuses actrices hollywoodiennes étaient contraintes d’avorter. Une période méconnue du 7e art, à découvrir ici.

Derrière les grands classiques hollywoodiens, le faste et les paillettes, se cache une histoire bien plus sombre: celle des avortements contraints. De 1920 à 1950, Hollywood est à son apogée. Le cinéma en couleur s’impose, les actrices font la Une des magazines, et les spectateurs se pressent dans les salles obscures pour découvrir Autant en emporte le vent, Casablanca ou encore Le Magicien d’Oz. À cette époque, ce sont les majors, alias les productions, qui règnent en maîtres sur le cinéma. Elles s’appellent Columbia TriStar, Metro-Goldwyn-Mayer, Universal, Paramount ou encore, 20th Century Fox. Les lettres d’Hollywood dominent Los Angeles, les studios, eux, dominent le monde, les femmes avec.

À lire aussi : Avortement : ces pays d'Europe où les lois sont les plus restrictives

Les actricesne sont qu’une valeur marchande

Ce qui fait vivre ces majors? Les actrices, évidemment! Elles sont belles, jeunes, désirables et glamour au possible. Mais surtout, elles rapportent de l’argent. Beaucoup d’argent. Selon Allo Ciné: "Elles ne sont qu’une valeur marchande pour les studios". À cette époque, quand une actrice signe un contrat avec une major, elle en a pour 7 ans. Au moins. Avec ce bout de papier, les majors gèrent les actrices de A à Z. Au-delà du choix des films ou des vêtements pour fouler les red-carpets, elles interviennent aussi dans la vie intime des jeunes femmes: famille, sorties, choix du conjoint, histoire de love et désir d’enfant… Tout y passe. Une clause bien spécifique de ces contrats sous-entend que: "les actrices deviennent la propriété de leur studio", explique le webzine Slate.Propriété, vous vous rendez compte? On marche sur la tête. Voici un exemple du type de contrat que les stars du 7e art pouvaient rencontrer:

"L’acteur (ou actrice) accepte de se conduire avec le respect dû aux conventions morales publiques et accepte qu’il (ou elle) ne fera rien et ne s’engagera dans rien qui puisse tendre à le (la) dégrader dans la société, ou l’amener à être haï, méprisé ou ridiculisé par le public, ou qui puisse tendre à choquer, insulter ou offenser la communauté ou outrager la morale ou la décence publique, ou qui puisse tendre à porter préjudice à la Société de fabrication de films Universal ou à l’industrie du cinéma. Dans le cas où l’acteur (actrice) violerait les termes de ce paragraphe, la Société de Fabrication de Films Universal a le droit d’annuler ce contrat et de donner cinq jours de préavis à l’acteur (actrice)"

Contraintes d'avorter et de vite reprendre le chemin des studios

Ainsi, quand les actrices avaient "le malheur" d’être enceinte, les majors les obligeaient à avorter directement. Eh bien oui, à l'époque on ne touchait pas au glamour des actrices hollywoodiennes. Une actrice rapportait. Une actrice mère, beaucoup moins.

Elles sont très nombreuses à avoir vécu ce calvaire, comme Judy Garland, Bette Davis, Joan Crawford ou encore, Lana Turner. Et ces étoiles du 7e art n’ont surtout pas leur mot à dire. Le pire dans tout cela, c’est que les avortements étaient réalisés dans des conditions déplorables qui mettaient bien souvent en jeu la vie de ces jeunes femmes. Pour étouffer ces scandales, les majors inventaient des histoires, prétextaient une hospitalisation à cause d’une grosse grippe ou d’une opération de l’appendicite. Pire encore, le temps était compté: après ces avortements, il fallait retourner travailler d’arrache-pied. L’actrice Judy Garland, célèbre star du film Le Magicien d’Oz, a été forcée d’avorter alors qu’elle n’avait que 19 ans. Vingt-quatre heures après, elle devait retourner sur les plateaux de tournage… Déplorable.

Décidément, entre ça et l’affaire Weinstein, Hollywood est bien décevant.

COMMENTS

Publier !

simpleman4704 #3937 - 09/09/18 17:53

merci de nous révéler cet période sombre du ciné US ou les femmes étaient asservies ni plus ni moins et j'imagine qu'il n'y a peut être pas qu'aux USA que cela a eu lieu