La scandaleuse Nathalie Clifford Barney, une des premières lesbiennes affirmées de la Belle Epoque

Etre une femme libérée, tu sais c'est pas si facile !

La WTF Team - 09/09/18 8:00

Nathalie Clifford Barney est le symbole d’une femme forte, indépendante et libérée. Connue pour ses nombreux écrits, elle est aussi célèbre pour avoir été l’une des premières lesbiennes affirmées des années 1900. Et en plus, elle s’est battue pour donner la parole aux femmes de lettres. Impossible de ne pas parler d’elle à la Woman Trend Family!

Née dans l’Ohio, le 31 octobre 1876, Nathalie Clifford Barney est très vite plongée dans le monde littéraire. Sa mère engage une préceptrice pour l’éduquer. Cette dernière lui fait lire les grands classiques de l’époque, notamment du Jules Verne. Un auteur réservé aux garçons. Beh oui, les histoires d’explorations sous-marine ou sous la terre, ce n’est pas pour les meufs du XIXème siècle... Nathalie se passionne très vite pour la langue française. Par chance, elle déménage quelques années plus tard à Paris.

À lire aussi: Qui était Claudia Jones, cette militante noire et féministe ?

L’apprentissage du féminisme

Toujours la tête dans les bouquins, Nathalie Clifford Barney rentre à l’école Les Ruches, un célèbre internat fondé par Marie Souvestre, une grande féministe.L’école est libertaire et communautaire, un endroit idéal pour que la jeune fille puisse s’exprimer et y développer toutes ses capacités intellectuelles.

Première lesbienne assumée de son époque

C’est à l’âge de 12 ans que Nathalie Clifford Barney se rend compte qu’elle n’est pas, tout à fait, comme les autres. À la différence de ses copines, elle n’aime pas les hommes mais les femmes. Avec force et courage, elle décide de s’assumer et se montrer telle qu’elle est. Elle prend ainsi la résolution de ne jamais se cacher, et de vivre toutes ses histoires d’amour au grand jour. On lui tire notre chapeau! Car être lesbienne en 1900, n’a pas dû être de tout repos.

Des livres et des conquêtes

Nathalie Clifford Barney croque la vie à pleines dents. Elle a soif d’apprendre, soif de vivre. Jeune femme, elle connaît ainsi de nombreuses histoires d’amour. Parfois avec des poétesses ou des écrivaines, d’autres fois avec des cantatrices ou des actrices. En clair, des filles qui en ont dans la cervelle. Elle y fait référence dans un recueil de poèmes: Quelques portraits, sonnets de femmes, publié en 1910. Dans les rues de la capitale, que ce soit dans les cafés ou dans les restaurants, les Parisiens ne parlent que d'elle. Eh oui, être lesbienne et raconter ses histoires d’amour (et plus si affinité), ce n’est pas commun.

Si l’œuvre fait du bruit et s’arrache comme des petits pains, elle fait surtout scandale. Pendant quelque temps, son auteure est exclue de Paris. À son retour aux États-Unis, son père tente de brûler tous les exemplaires de son livre et de la marier de force. Bien sûr, il échoue. Nathalie ne lâche pas l’affaire si facilement!

Faire rayonner les femmes de lettres

De retour à Paris quelques mois plus tard, elle fonde le célèbre Temple de l’Amitié, un lieu culte de la Belle Époque, situé dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés. Un endroit hybride, sorte de salon littéraire où se réunissent les plus grandes intellectuelles de l’époque, et qui donne aussi lieu, à de nombreuses rencontres lesbiennes. Le Temple de l’Amitié, est un lieu où les femmes peuvent s’exprimer librement. Où elles peuvent être elles-mêmes. Il perdurera jusque dans les années 60. Tous les vendredis, les plus grandes têtes pensantes affluent, de Truman Capote, en passant par Colette, Françoise Sagan, Anatole France ou encore Marguerite Yourcenar.

Fin des années 60. Nathalie Clifford Barney vieillit… Pourtant, hors de question de mener une vie morne et plate. Elle continue d’apprendre, de lire et surtout, de conquérir les cœurs des Parisiennes…

Elle meurt au début des années 70, à 95 ans, et est inhumée aux côtés de sa sœur au cimetière de Passy. Elle laisse derrière elle l’image d’une femme combative et décomplexée, comme on les aime!

COMMENTS

Publier !

Nana01 #3933 - 09/09/18 8:37

Quelle femme forte et courageuse. Elle n’a jamais baisser les bras et n’a pas laisser son père diriger sa vie comme il l’entendait, pour tout cela respect à elle !!

simpleman4704 #3934 - 09/09/18 9:36

ce n'est pas facile pour une femme de vivre librement sa sexualité a l'heure actuelle je n'ose imaginer ce que cela devait être a l'époque