Marlène Schiappa répond au bailleur qui a expulsé une femme battue

"La société toute entière doit agir solidairement"

La WTF Team - 16/08/18 12:30

Victime de violences conjugales, une mère de famille a été sommée de quitter son appartement à cause des "nuisances sonores". Outrée, Marlène Schiappa s’est saisie de l’affaire et demande des explications au bailleur.

Le mois dernier, à la Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine), Élodie, maman de deux enfants et victime de violences conjugales, a reçu une lettre d’expulsion de la part de son bailleur à cause… des nuisances sonores causées par les altercations avec son conjoint. Au cas où vous vous le demandiez, NON, ce n’est pas une blague de mauvais goût !

Après que l’affaire a été relayée dans la presse, le bailleur s’est justifié en assurant que le but de la procédure est "d’éloigner le monsieur du logement", que le cas de cette mère de famille est une priorité et qu’il souhaite l’accompagner afin qu’elle puisse se reloger. Selon ses dires, rapportés par leHuffington Post, une première solution lui aurait déjà été proposée.

Mais pour Maître Rosser, avocate de la victime, "ce qui a fait bouger les choses c’est la presse et l’emballement de Twitter" sur cette affaire. "Le bailleur 3F a fait un premier acte d’expulsion, le commandement de quitter les lieux, alors qu’il n’était pas obligé", peut-on lire dans L’Express.

"J’exige des explications"

Révoltée par cette affaire, Marlène Schiappa, secrétaire d’État en charge de l’Égalité entre les femmes et les hommes, s’est donc directement adressée au bailleur, exigeant des explications. "Une femme qui subit jusque dans son domicile des violences conjugales doit être aidée, pas expulsée! La société tout entière doit se ressaisir et agir solidairement", a-t-elle déclaré sur Twitter.

À lire aussi :Violences conjugales : elle vient en aide aux victimes avec son compte Instagram

Dans un courrier adressé au bailleur 3F et rendu public, Marlène Schiappa explique par ailleurs avoir "pris connaissance de la situation d’une locataire (…) menacée d’expulsion avec ses enfants suite aux 'nuisances sonores' engendrées par les violences conjugales qu’elle subit (…)" et demande si "ces informations sont exactes" et surtout s’il "est habituel pour leur groupe d’expulser des locataires au motif qu’elles sont victimes de violences dans leur domicile?".

Une femme qui subit jusque dans son domicile des violences conjugales doit être aidée, pas expulsée !La société toute entière doit se ressaisir et agir solidairement.Mon courrier au bailleur 3F.J’exige des explications et la mise en place d’une procédure de soutien. ?? pic.twitter.com/QwSrpCfo6U

— ?? MarleneSchiappa (@MarleneSchiappa) 14 août 2018

"Je tiens à porter à la connaissance des personnes impliquées dans ce dossier que ce type de violences est condamné par le Code pénal d’une peine pouvant aller jusqu’à 5 ans d’emprisonnement, cette même peine étant applicable à la non-assistance à personne en danger", précise-t-elle également.

Pour rappel, en France, une femme décède tous les trois jours sous les coups de son conjoint. Une tous les trois jours.

COMMENTS

Publier !

kristoch #3700 - 16/08/18 12:39

C'est plus de la double peine à ce niveau là! qu'on expulse l'agresseur oui et lui il sera logé, en prison! j'espère au moins que ça a mis fin au calvaire de la victime qui a été prise en charge!!! il y a des baffes qui se perdent: le violent, le bailleur...

Nana01 #3703 - 16/08/18 15:40

Heureusement que Marlène Schiappa est là pour se battre!! Au moin une qui agi dans son métier

sjannoty #3705 - 16/08/18 16:15

que ce soit la victime qui se fasse virée de son appart c'est inadmissible et 5ans de tôle pour une pourriture pareil c'est pas assez 30 ans serait un minimum

Cécile Willow Landes #3706 - 16/08/18 17:08

Oui, cette histoire c’est quand même un comble, pour une fois que la justice avait réussi à faire son travail en éloignant l’homme violent de sa victime, c’est le bailleur qui la remet en danger en voulant la jeter à la rue ! Sans compter, les voisins, coupables de non assistance à personne en danger, qui au lieu d’être sanctionnés, obtiennent le soutien du juge qui a ordonné l’expulsion de la jeune femme et de ses deux enfants ! Il y a vraiment de quoi désespérée de la société dans laquelle nous vivons !

let #3727 - 18/08/18 10:39

Et si les conjoints violents commençaient à être inquiétés par les plaintes déposées et qui restent très souvent sans suites ! Il n’y a pas de suites avant de découvrira près le décès d’une femme que celle ci avait porté plainte plusieurs fois.