Préservatif : la nouvelle campagne culpabilisante du gouvernement

Culpabilisante, voire dangereuse !

La WTF Team - 10/08/18 12:12

Relayée mardi sur les réseaux sociaux par le ministère de la Santé, la nouvelle campagne pour l’usage du préservatif est loin de faire l’unanimité. Il faut dire que certains des messages renvoyés ont largement de quoi faire polémique…

"7 raisons d’avoir un préservatif sur soi". C’est le titre de la nouvelle campagne sur l’usage du préservatif dévoilée par le ministère de la Santé sur le site on OnSexprime.fr, le 18 juillet dernier. Après avoir été relayée sur le compte Twitter du ministère mardi, la campagne s’est rapidement pris une bonne grosse vague de critiques.

Et si on est TOTALEMENT pourle fait de communiquer en faveur du port du préservatif, on avoue que les messages renvoyés par ces "7 raisons" sont un brin culpabilisants.

Mais c’est quoi cette nouvelle campagne du @MinSoliSante pour promouvoir le #préservatif .... euh....ils sont serieux ?? ??‍♂️ pic.twitter.com/gNn4HCGkRx

— vincent M (@L_M_Vin) 8 août 2018

Comme la raison numéro 1, qui explique que "ça t’évitera une rupture pour des motifs franchement gênants". Ah bon? Ou encore la raison numéro 3, qui assure que "ça t’évitera d’annoncer à l’infirmière/le médecin que tu as eu un rapport non protégé". Ah vraiment?

Ouais. Le problèmec’est qu’il n’est (vraiment) pas très malin de déconseiller à quelqu'un de se confier à un médecin, ou d'en avoir honte. Qui plus est lorsque la situation peut être (très) dangereuse.

À lire aussi : La pilule anti-sida, c'est quoi ?

"C'est une blague ces visuels ou bien ? La culpabilisation n'a jamais marché, surtout chez les jeunes. C'est hyper gênant en 2018", s'inquièteMathieu Brancourt de l’association AIDES sur Twitter.

C'est une blague ces visuels ou bien ? La culpabilisation n'a jamais marché, surtout chez les jeunes. C'est hyper gênant en 2018. https://t.co/ApKMdOI6pG

— Mathieu Brancourt (@MBrancourt) 7 août 2018

Stigmatisation et sexisme

Interviewé par TÊTU, Aurélien Beaucamp, Président de l’association AIDES, est lui aussi complètementindigné : "C’est quoi le message qu’on envoie ? Ne parle pas de tes relations non protégées à ton médecin(…) Il faut parler de tout et de tout le monde!"

Sans parler du sexisme ordinaire dans lequel patauge par exemple la "raison numéro 2". Bien sûr, l’infirmière est une femme et le médecin est un homme. Loin de nous l’idée de vouloir hiérarchiser les deux professions, mais pourquoi l’homme ne serait-il pas infirmier et la femme médecin? Bref, un grand classique.

Selon Santé Publique France qui gère le siteOnSexprime.fr, il s’agit de "posts créatifs relayant en mode ‘survie’des messages informatifs sur le préservatif et les infections sexuellement transmissibles (…)dans l’objectif de faire réagir les jeunes".

Également interrogée parLe HuffPost, l'agence de Santé Publique France qui déclare avoir voulu utiliser "l'humour et les codes des réseaux sociaux des adolescents" précise toutefois qu’étant "sensible à la question de la représentation des rôles de genre", "la formulation de la carte n°3" allait notamment être revue.

Et nous, on le rappelle: informez-vous, protégez-vous et n’ayez pas peur des jugements!

COMMENTS

Publier !

sjannoty #3620 - 10/08/18 12:06

comme si nos gouvernants étaient irréprochables cf Strauss-Kahn il est évidemment plus facile de culpabiliser les autres pour les inactions des dirigeants

kristoch #3621 - 10/08/18 12:11

vu le niveau de l'indignation, je ne répondrais qu'une seule chose du même acabit: "On se calme et on boit frais à Saint-Tropez"!!! ils ont eu bien raison la preuve c'est qu'on en parle sinon ça serait passé encore inaperçu alors qué conno, c'est le fond de ma pensé car on touche le fond en réaction là...

Kompey Ashenvale #3625 - 10/08/18 13:02

Bruno Salomon avait dit dans un sketch : plus le temps passe et plus futur est beaucoup moins loin. Bah plus j'observe la société actuel plus je me dit que l'on régresse.

Nova #3630 - 10/08/18 17:20

Bien vu, puisqu'on en cause...

Nova #3631 - 10/08/18 17:42

Ces hommes décident pour des femmes et des enfants à naître qui vont galérer. Que fait l'Argentine pour aider ces mères en détresse ? En politique, la parité, c'est l'avenir.

Armelle Quintin #3638 - 10/08/18 19:38

Étant éducatrice spécialisée il est déjà très compliqué de faire comprendre à nos jeunes qu’il faut en parler. C’est pas de genre de prévention qui va délier les langues.