Sarthe : les médecins d'un hôpital cessent de pratiquer l'IVG

Ils ont invoqué leur "clause de conscience"

La WTF Team - 03/08/18 9:00

À l’hôpital de Bailleul, dans la Sarthe, des médecins refusent de pratiquer l’IVG en faisant valoir leur "clause de conscience". Depuis le mois de janvier, aucune femme n’a pu être reçue par l’établissement pour avoir recours à ce type d’intervention!

Dans la Sarthe, depuis le début de l’année, sous couvert de leur "clause de conscience", trois médecins refusent de pratiquer l’avortement.

Alors vous vous dites sûrement que "trois médecins", ce n’est pas suffisant pour bloquer tout un hôpital. Mais figurez-vous que si! En manque de personnel -comme souvent dans le domaine hospitalier- l’hôpital de Bailleul ne dispose que de cinq gynécologues obstétriciens en mesure de pratiquer l’IVG. L’un a pris sa retraite en décembre, les trois suivants refusent de faire ces interventions, et le dernier travaille à temps partiel et ne peut assurer seul de telles demandes.

Pour rappel, la "clause de conscience" autorise un médecin à ne pas pratiquer un acte médical, autorisé par la loi, qu’il juge contraire à ses convictions personnelles, professionnelles ou éthiques. Sauf en cas d’urgence vitale.

Du coup, les femmes ayant besoin d’avoir recours à une interruption volontaire de grossesse se retrouvent dans l’obligation de se rendre dans les hôpitaux les plus proches… à une cinquantaine de kilomètres, au Mans ou à Angers, comme le rapporte France 3.

À lire aussi :Pourquoi les Argentines défilent dans les rues armées d'un foulard vert ?

L’hôpital a donc décidé de suspendre l’activité le temps de trouver une solution. Mais "ce service ne sera pas supprimé car l’accès à l’IVG est un droit fondamental. Nous souhaitons rétablir ce service, au plus près des femmes, et au plus vite", assure Joanna Grondain, directrice référente du pôle "anesthésie, chirurgie et mère-enfant", comme le souligneOuest-France. Dernière solution: le recrutement de nouveaux médecins.

Pour Marlène Boutet, directrice de l’antenne sarthoise du Planning familial, "cette situation est extrêmement grave". "Certes, cet hôpital a des difficultés financières. Mais le choix est fait de fermer le service des IVG, pas un autre. C’est pour cela que nous devons défendre les droits des femmes (…) Aucun service minimum n’est mis en place, d’où la difficulté, encore aujourd’hui en France, d’accéder à l’IVG dans les territoires ruraux", a-t-elle regretté auprès deLCI.

Face à cette situation désespérée (et DÉSESPÉRANTE), la sénatrice de la Sarthe, Nadine Grelet-Certenais, a interpellé mardi la ministre de la Santé, Agnès Buzyn: "Le droit des femmes doit rester le même pour toutes, où que l’on vive dans le département", peut-on lire dans Ouest-France.

Et on est bien d'accord!

COMMENTS

Publier !

simpleman4704 #3466 - 03/08/18 9:32

cette situation est juste inadmissible lorsque l'on pratique la médecine on sait a quoi s"attendre donc y compris a pratiquer l'IVG donc si on n'en est pas capable autant faire autre chose c une manière de remettre le droit a l'IVG en question Mme Veil ne c pas battue pour obtenir cela

kristoch #3467 - 03/08/18 10:09

ce qui est inadmissible au delà de l'assistance à personne en danger ou détresse, c'est que par leur attitude ils font croire paradoxalement que l'acte est banale pour leurs clientes, on ne va plus appeler ça des patientes évidemment! c'est traumatisant! douloureux à tous les points de vue de se faire aspirer un foetus!!! une horreur. il s'agit d'un acte réfléchi et le bébé comme la mère sont très souvent en danger et là les médecins se foutent des deux et que les mères risquent leurs vies! souvent pas prêtes y compris physiquement pour enfanter et des enfants mal formés, handicapés à tout point de vue... c'est terrible! Encore une fois la folie extrémiste américaine en décalé s'impose chez nous avec ces cinglés du soi disant "droit à la vie" refusant le choix des individus pour imposer leurs vues étroites en plus!!! ils devraient être radiés de l'ordre, interdits d'exercer: ils sont très dangereux et nuisibles.(leurs mères n'a pas avorté: voilà ce qui arrive... pour ajouter un peu d'humour noir)

Nova #3469 - 03/08/18 10:18

Attention à ne pas inverser le problème. Je trouve normal que des médecins fassent valoir leur clause de conscience, car c'est leur droit (5article L. 2212-8 du Code de la santé publique). Pour respecter la liberté d'avorter, il faut aussi respecter la clause de conscience côté médecin (cette même clause de conscience qui empêche un médecin de fournir un "certificat de virginité, sachez-le). Mais là où je vois un souci, c'est quand ces médecins n'orientent pas ces patients à un autre médecin capable de les remplacer. Le problème, c'est quand on laisse les femmes se dém...er toutes seules dans la nature.

Nova #3470 - 03/08/18 10:34

Ce qui nous pend au nez, c'est que, dans quelques années, la question ne sera plus "Dans quel délai est-ce que je vais obtenir un rendez-vous chez le médecin ?" mais plutôt "Comment trouver le médecin dont j'ai besoin ?". On va aller vers une pénurie tout court. Il faut bien dire que, pour les médecins, les conditions de travail en France ne donnent pas envie de rester. Combien de fermetures de services et de dysfonctionnements faudra-t-il pour que le gouvernement se bouge enfin les miches ?

Agora29 #3471 - 03/08/18 10:35

La clause de conscience est un faux prétexte. Cet article montre bien qu'en France on a de plus en plus de lois, mais qu'elles sont de moins en moins respectées. De manière plus globale, un nouveau cycle a commencé. Il règne comme un air de déclin de civilisation, la courbe en forme de cloche a amorcé sa descente. De 1945 à 2010, notre société n'a pas cessé de progresser dans les domaines de la pensée, la culture, la liberté, l'humour, l'éthique, la tolérance, l'écologie, le journalisme, le féminisme, le savoir-vivre, etc… Or, depuis 7 ou 8 ans, malgré les progrès technologiques et la libération des paroles, on enregistre de nettes régressions dans tous ces domaines ainsi qu'une amplification des inégalités. Catalysés par les réseaux sociaux, nos vieux démons ressurgissent clairement : haine, intolérance, racisme, sexisme, populisme, puritanisme, égocentrisme, communautarisme, nationalisme, suspicion, superstition (pour ne pas dire religion), radicalisation... Un peu plus chaque jour, nous nous dirigeons vers des heures de plus en plus sombres. C'est pourquoi je vous le répète : il devient urgent de relativiser, de positiver et de profiter en famille ou entre ami.es du temps présent. PS : Mon deuxième prénom est Cassandre 😊

Clara Lefevre #3473 - 03/08/18 10:49

On ne peut pas non plus obliger un médecin à pratiquer un acte que moralement il ne se sent pas de faire. Ce n’est pas ma morale, certes, mais je ne me sens pas légitime pour obliger quiconque a faire ce qu’il ne veut pas faire... ce sont des questions difficiles et il faut les prendre avec des pincettes. Ma mère a travaillé en tant qu’infirmière dans un centre ivg, et bien que pour, n’a pas pu continuer à travailler la bas car elle ne se sentait pas à l’aise. Ce sont des sujets si délicats...essayons de comprendre plutôt que d’être categoriques