Margaret Hamilton : la femme qui a permis à l'Homme de marcher sur la Lune

Un grand pas pour une femme, ouais !

La WTF Team - 29/07/18 15:00

Déjà près d’un demi-siècle que Neil Armstrong a fait ses premiers pas sur la Lune. Mais saviez-vous que tout ça n’aurait jamais été possible sans le cerveau d’une femme? Elle s’appelle Margaret Hamilton, et franchement, elle envoie du lourd!

Le 21 juillet 1969, la mission Apollo 11 permettait à l’Homme de faire ses tout premiers pas sur la Lune. Depuis cet événement historique, tout le monde se souvient du nom de Neil Armstrong. Normal, puisqu’il est le premier astronaute à y avoir posé le pied, en prononçant cette phrase mondialement connue: "un petit pas pour un homme, mais un bond de géant pour l’humanité". Mais ce que l’on sait moins, c’est que la mission Apollo 11 aurait certainement échoué sans l’aide d’une femme en particulier: Margaret Hamilton.

Née dans l’Indiana dans les années 30, Margaret Hamilton se passionne pour les mathématiques (que voulez-vous, les passions ne s’expliquent pas) dès la fin du lycée. À seulement 24 ans, elle intègre l’Institut de Technologie du Massachusetts (MIT) pour travailler sur le développement des logiciels de prédictions météorologiques. Et dans ce qui n’était au départ qu’un job de passade, Margaret Hamilton trouve une véritable vocation.

France Culture raconte qu’un jour, pour la bizuter, son équipe lui a soumis l’un des premiers systèmes informatiques de défense antimissile (piégé avec des commentaires en grec et en latin, sympa) que personne n’avait jamais réussi à résoudre. Sauf que Margaret Hamilton était une ouf, et qu’elle est parvenue à le faire fonctionner haut la main.

En 1963, la jeune scientifique commence ainsi à travailler sur les logiciels embarqués du programme Apollo de la NASA. À côté des missions qui lui sont confiées, elle met en place un système de priorisation des tâches. Comme ça, pour le kiffe.

✅2 FACTS✅ Margaret Hamilton, Lead Software Engineer for The Apollo Project, stands next to her code that took us to the moon, 1969?? 1️⃣: She was all of 31 when the Apollo 11 lunar module landed on the moon, running her code. 2️⃣: She’s now a tech CEO and won the ‘86 Lovelace Award and the NASA Exceptional Space Act Award. #Historylandd #2facts ? #history #historia #photography #photo #instagood #instadaily #happy #smile #love #like #fun #enjoy #best #great #amazing #margarethamilton #nasa #engineer #software #moon #code #rocket #genius #woman #science

Une publication partagée par Historylandd (@historylandd) le

Quelques années plus tard, le 21 juillet 1969, la mission Apollo 11 est donc lancée. Et alors que tout se déroulait pour le mieux, le module s'est mis à buguer, les alarmes à se déclencher, et l'ordinateur de bord s'est alors retrouvé dans l'incapacité de traiter simultanément toutes les données. Mais heureusement, lesystème de priorisation des tâches de Margaret Hamilton a pris le relais!

"Des programmes de récupération avaient été incorporés dans le logiciel qui permettait d'éliminer les taches ayant les priorités plus faibles et d’exécuter les plus importantes. Si l'ordinateur n'avait pas reconnu le problème et entrepris ces actions de récupérations, je doute qu'Apollo 11 aurait réussi son atterrissage sur la Lune comme il l'a fait”, aurait-elle expliqué­ dans une lettre en 1971, selonFrance Culture.

À lire aussi :Élise Boghossian, l'acupunctrice des victimes de guerre

Il faudra attendre 27 ans pour que Margaret Hamilton sorte de l’ombre et soit enfin récompensée pour ses travaux. En 2003, elle se voit remettre par l’agence spatiale un “Exceptionnal Space Act Award” pour l’ensemble de son travail pour le programme Apollo. Puis en 2017, Barack Obama lui décerne la Médaille présidentielle de la liberté, la plus haute distinction des États-Unis.

Happy birthday to computer scientist and engineer #MargaretHamilton, who developed software for NASA’s Apollo space program in the late 1960s. Margaret’s code sent humans to the moon! President @BarackObama awarded her the Presidential Medal of Freedom last November. (?: Chip Somodevilla/Getty Images) #tbt

Une publication partagée par Amy Poehler's Smart Girls (@amypoehlersmartgirls) le

“Il n’y avait pas de seconde chance. Nous le savions. Nous devions trouver un chemin, et nous l’avons fait. Quand je regarde en arrière, nous étions les personnes les plus chanceuses au monde: nous n’avions pas d’autre choix que d’être des pionniers”, a-t-elle déclaré il y a quelques années à la NASA, selonFrance Culture.

Sur le même thème, la Women Trend Family vous conseille de mater "Les figures de l'ombres" deTheodore Melfi.

COMMENTS

Publier !

kristoch #3383 - 29/07/18 15:04

il y en a toute une série comme ça sur lesquelles le Figaro consacre cet été des articles! bravo à elles!!!

simpleman4704 #3384 - 29/07/18 15:07

article des plus intéressant même si je l'ai déjà vu sur le net mais c une très bonne chose de le rappeler afin de marquer les mémoires

sjannoty #3386 - 30/07/18 0:33

quand je dis que les femmes ont un cerveau elles contrairement aux hommes qui n en ont pas