On a retrouvé les "Kardashian" du XIXe siècle

La chirurgie et les caméras en moins

La WTF Team - 10/07/18 9:00

À la fin du XIXe, un trio infernal incarnait à lui seul le gratin parisien. Trois femmes, et trois noms à rallonge, autour desquelles s’agitait la presse people de l’époque. Bienvenue dans les Incroyables familles aristocrates de la fin des années 1800.

Avec 114 millions d’abonnés sur Instagram, on peut dire que Kim K domine (presque) la sphère médiatique. Pas une semaine ne se passe sans que la presse ne relaie les détails de ses folles soirées, tenues, projets et cie. Un constat valable pour toute la clique Kardashian.

Mais alors de quoi (ou plutôt de qui) parlait-on des centaines d’années avant leur existence ? La clique Kardashian avait-elle son égal? Eh bien oui! Comme l’a très justement analysé Vanity Fair, à la fin du XIXe siècle, trois bourgeoises dominaient les mondanités parisiennes, elles aussi à coups de folles soirées, de folles tenues et de folles histoires. Trois it-girls venues d’un autre temps qui n’ont pas laissé insensible Marcel Proust, puisqu’elles sont à l’origine du personnage de la duchesse Oriane de Guermantes, personnage phare de sa saga (en 7 tomes) A la recherche d’un autre temps.

Il y a d’abord Élisabeth de Riquet de Caraman-Chimay. Née en 1860 à Paris d’une mère issue d’une vieille famille de l’aristocratie française et d’un père qui peut se vanter d’avoir le titre de Prince accolé à son nom, Elisabeth tire le gros lot dès la naissance. Admirée pour sa beauté et mariée au vicomte Henry Greffulhe à ses 18 ans, elle devient comtesse quelques années plus tard. En pendant que son mari de Comte s’occupe à la tromper avec le Tout-Paris, elle, s’occupe à faire du shopping en masse avec un budget annuel de quelque 300 mille francs (plus de 40 000 euros). Toujours selon Vanity Fair, elle fera tourner la tête de Marcel Proust.

Puis il y a Geneviève Halévy Bizet Straus. Née en 1849, Geneviève commence, elle, plutôt mal dans la vie! Elle perd son père, le compositeur Jacques Fromental Halévy, à l’âge de 13 ans, puis sa sœur à l’âge de 15 ans. Mais comme à 20 ans, rien n’est impossible, Geneviève se marie à Georges Bizet et accède davantage aux mondanités. Malheureusement, le compositeur décède six ans plus tard, et aura tout de même eu le temps de composer l’Opéra Carmen, dont le personnage phare est directement inspiré d'elle. Il y a pire comme déclaration d’amour! Puis en 1886, Geneviève oublie son chagrin dans les bras de l’avocat des Rothschild, Émile Strauss, avec qui elle se remarie.

Vient enfin Laure de Sade, comtesse Adhénaume de Chevigné, arrière-petite fille du Marquis de Sade, figure emblématique du libertinage ! Née en 1859, Laure se marie dès l’âge de 19 ans au comte Adhéaume de Chevigné, et marche dans les traces de son arrière-grand-père comme il se doit. Comme le souligne Vanity Fair, à cette époque, Laure se prête elle-même une aventure avec le comte de Chambord, balance des insultes à tout-va et est très (très) libérée sexuellement. Nul doute que si les téléphones portables avaient remplacé les relations épistolaires, Laure de Sade aurait elle aussi percé grâce à sa petite sexe-tape !

Et vous, connaissez-vous d'autres scandaleuses d'une autre époque ?

COMMENTS

Publier !

Agora29 #2960 - 10/07/18 9:47

Ça me fait penser à l'histoire d'une Belge avec un nom qui claque : "Marie-Clotilde-Élisabeth Louise de Riquet de Caraman-Chimay". Elle épousa en 1860 le comte de Mercy-Argenteau, fréquenta un moment le compositeur Franz Liszt avant de devenir la maitresse de l'empereur Napoléon III. Pour lui rendre visite, celui-ci fit construire un souterrain secret reliant directement la chapelle du palais de l'Élysée à l'hôtel où elle logeait. Pianiste et amoureuse des compositeurs russes, elle traduisit leurs œuvres et organisait des concerts afin de promouvoir leur musique en Europe occidentale. Une femme étonnante.

simpleman4704 #2964 - 10/07/18 12:07

comme je préfère les histoires du passé a celles du présent et comme le disait une animatrice a grande gueule je conchie la télé poubelle et bien moi aussi

Zébrulon #2965 - 10/07/18 13:33

Des études montrent que le quotient intellectuel de nos concitoyens ne cesse de baisser. Dans le même temps la starification des people sans talent comme les K. prend une ampleur inégalée. Est-ce un hasard ? je ne crois pas 😉 - Comme le déclarait Eleanor Roosevelt : "Les grands esprits discutent des idées, les esprits moyens discutent des événements, les petits esprits discutent des gens".

MisterFlowers #3043 - 14/07/18 1:03

'mondanités' présentes ou passées j'espère qu'on a le droit de s'en foutre un peu (?) et si ça se voulait un article culturel alors dommage pour les fautes et coquilles... vous arrivez même à caser 1986 au XIX ème siècle...! 🤔😉 allez bon week-end... soufflez 🏖️🌞