Démonétisation : quelle est la place des femmes sur Youtube ?

Le scandale de la démonétisation

Noémie Sadoun - 13/06/18 12:00

Lorsque certaines femmes souhaitent publier des vidéos concernant des sujets un peu plus sensibles que d’habitude comme les règles, l’accouchement ou encore le viol, la plateforme empêche l’insertion des publicités dans ce type de vidéos.

Quand elles font des tutos make-up et qu'elles parlent de produits de beauté ou de cheveux, il n’y a aucun problème, pour Youtube. Par contre, lorsqu’elles parlent de sexualité, ça devient inconcevable. Il n’y a néanmoins absolument rien de vulgaire, ni dans les images, ni dans leur parole. Alors pourquoi Youtube se permet de démonétiser les youtubeuses qui osent parler d’autre chose que de sujets beauté ?

Ce sont les Internettes, une association de vidéastes, qui ont remarqué qu’une vidéo sur l’avortement de Calie, une Youtubeuse spécialisée dans la société et la culture, avait été réservée aux spectateurs de plus de 18 ans. Par ailleurs, la jeune femme a été démonétisée. Même cas de figure pour une vidéo de Charlie Danger, créatrice de la chaîne Les Revues du monde,où celle-ci explique comment les femmes dans l’histoire géraient leurs règles. Léa Bordier, qui elle, fait des portraits de femmes, s’est retrouvée contrainte de supprimer l'une de ses vidéos car elle a été jugée incompatible avec les publicités. La cause ? Un «soutien-gorge un peu transparent».

Marinette, une autre youtubeuse féministe, va encore plus loin dans ses propos: IVG, violences sexuelles, justice et même des portraits de militantes russes. « Chez moi, YouTube ne censure pas seulement le corps des femmes, mais TOUT ce qui concerne LEURS DROITS.»

Youtube se défend

La plateforme est devenue nettement plus stricte concernant la monétisation de ses vidéos. Youtube a en effet été victime d’une polémique. En novembre dernier, il a été relevé que des vidéos, à destinée pédophiles, avaient le droit d’avoir des publicités. Plusieurs marquesavaient alors annoncé qu’elles retiraient leurs publicités de la plate-forme: les banquesHSBC, Lloyds Banking Group et Royal Bank of Scotland, l’agence Havas, l’Agence des transports de Londres, des médias comme la BBC ou encore The Guardian, mais aussi le gouvernement britannique lui-même.

Depuis, Youtube a durci ses règles et démonétise toutes les vidéos à caractères sexuels grâce à un algorithme qui analyse tous les contenus. Ensuite, des modérateurs humains vérifient les décisions prises. Soit ils ne sont pas d’accord, etremonétisent la vidéo en question, soit le choix de l’algorithme est valable et la vidéo est bel et bien démonétisée. Le vidéaste a le droit de faire appel, et dedemander une réévaluation.

Et si c’était la femme, le problème?

Pourtant malgré les raisons plus ou moins recevables de Youtube, quelque chose nous tracasse encore un petit peu. Dans un article du Monde, on nous explique qu’un youtubeur historien avait posté une vidéo qui s’intitulait «le sexe au Moyen-Âge» et qu'elle n’avait jamais été démonétisée. Pourtant, le titre contient lui-même le mot sexe. Ce qu’il y a de plus aberrant, c’est qu’au même moment, il avait voulu poster deux vidéos, une sur le clitoris et une autre sur le pénis. On vous laisse deviner quelle vidéo s’est retrouvée au top de la liste «Tendance» et laquelle s’est retrouvée démonétisée… Néanmoins quelques jours plus tard, Youtube a admis avoir fait une erreur avant de remonétiser la vidéo qui parle de clitoris.

Le constat est clair, et pas nouveau : les femmes ont énormément de mal à se faire une place, parmi tous ces hommes, sur Youtube. il est toujours très compliqué de rivaliser, surtout quand Youtube leur met des barrières. Le problème, au-delà de ça, c’est qu’une femme sur Youtube sera plus exposée aux jugements et au harcèlement, qu'elle parle de make-up comme le fait EnjoyPhoenix ou de féminisme, à l'instar de la brillante Ginger Force.

Elles se sont toutes exprimées dans une vidéo documentaire réalisée par les Internettes, on vous la conseille vivement!

COMMENTS

Publier !

kristoch #2369 - 13/06/18 12:14

j'ignorais cela, je l'apprends et c'est en effet scandaleux et relevant de la censure, de la discrimination pure et simple! dès que cela ne concerne qu'un sexe et consiste en une restriction, un interdit: vous levez le voile sur aussi derrière ça un tabou de société... pas qu'il en reste, mais que certains extrémistes religieux/politiques font en sorte qu'il y en ait de plus en plus: quel recul!!!

Nova #2370 - 13/06/18 13:33

C'est encore pire que je n'aurais pensé. Merci pour l'info.

Vanessa Voet #2373 - 13/06/18 18:07

J avais vu la vidéos coup de gueule des filles ... contente que vous relayez l'information. Sachant que ces vidéos ne sont franchement pas vulgaires qu'elles parlent à tous et toutes. (et je dis ça car la vidéo de Charlie je l'ai vu ) Déjà que de base le nouvel algorithme YouTube c'est de la merde mais si en plus il est discriminatoire .... ça appel à un boycotte de la plateforme

Agora29 #2374 - 13/06/18 18:10

Décidément, on apprend plein de trucs intéressants avec toi, Noémie. Le vrai problème c'est que ces règles qui régissent les contenus supposés sensibles sont établies par Google (pour Youtube) ou Facebook (pour Instagram). Or, à moins de constituer une action collective devant la cour de justice californienne, il y a peu de chance que l'on puisse faire "l'éducation" de ces monstres que sont devenus les GAFA. Le pire étant qu'en la matière, il y aura à l'avenir de moins en moins de décisions prises "en conscience", l'Intelligence Artificielle étant déjà considérée par les patrons de Google comme étant beaucoup plus digne de confiance que l'être humain 😨