Une victoire des femmes : l'Irlande organise un référendum sur l'avortement

Une excellente nouvelle pour les Irlandaises !

Noémie Sadoun - 24/05/18 7:20

Le pays organise un référendum ce 25mai sur la libéralisation de l’avortement.

C’est une décision historique que s’apprêtent à vivre les Irlandaises. Le 28mars dernier, le ministre de la Santé Irlandais Simon Harris avait tweeté: «Le référendum pour abroger le 8e amendement de la Constitution aura le lieu le vendredi 25mai». En l’occurrence, le 8e amendement est le droit, à la femme, de pouvoir mettre un terme volontaire à sa grossesse. Celui-ci avait également précisé que l’organisation de ce référendum avait été approuvée par les deux chambres du Parlement irlandais et qu’en cas de majorité, le gouvernement se devra d’élaborer un nouveau projet. Un projet de loi qui devrait autoriser l’avortement dans les douze premières semaines de grossesse. C’est maintenant au peuple celtique de changer la face de l’histoire.

En Irlande la situation est critique. L’avortement est toujours considéré comme un crime: il est donc interdit.

Depuis 1983, une exception a été néanmoins insérée dans la Constitution. Si la grossesse est un risque mortel pour la mère, elle aura alors accès l’avortement. Cette décision avait été prise juste après le décès d’une jeune femme au foyer irlandaise, Sheila Hodgers. Atteinte d’un cancer, elle avait perdu la vie immédiatement après son troisième accouchement. Le service hospitalier très respectueux de la tradition catholique lui avait empêché de continuer son traitement pendant la grossesse, puisqu’il considérait qu’il était dangereux pour le fœtus.

Malgré cette condition, les raisons d’avorter extrêmes comme le viol, l’inceste ou la malformation du bébé reste illégale.

Pire encore, d’après France Info, une femme qui avorte en Irlande peut être condamnée jusqu’à 14 ans de prison (les médecins aussi)! Et oui, ça paraît fou mais en 2018 ce type d’emprisonnement existe encore…

Les Irlandaises sont ainsi prisonnières de leurs corps et doivent se rendre au Royaume-Uni pour pouvoir avorter. Dans cette histoire, il y a quand même une petite bonne nouvelle. Le gouvernement britannique a décidé de ne plus faire payer les frais d’avortement aux Irlandaises qui se déplacent. (Parce que oui, en plus de ça, elles devaient payer!)

©iStock

Le cas inquiétant des pros-vie

Depuis l’annonce du Ministre de la Santé concernant le référendum, des centaines de militants anti-avortement sillonnent le pays pour dissuader le peuple de voter pour le droit à l’avortement. Ils sont à peu près 3000 dans le pays à militer se rendant de maisons en maisons pour porter des discours déplorables sur cette technique médicale et pire encore, sur ses femmes qui sont dans le besoin d’effectuer l’avortement. Pour eux, avorter c’est tout simplement tuer un bébé. Parmi les prospectus qu’ils distribuent, ils disposent aussi de petites figurines d’un bébé de 12 semaines pour «soi-disant» prouver aux habitants que la formation du fœtus est bien achevée.

Des procédés inquiétants qui pourraient nuire au vote des citoyens Irlandais.

La situation de l’IVG en Europe

Malheureusement, il n’y a pas qu’en Irlande où l’avortement est un sujet sensible. C’est toujours en Europe que ça se passe, et à quelques kilomètres de chez nous. En Pologne, à Chypre ou encore en Andorre, l’interdiction d’avorter est quasi-totale, sauf en cas de danger exceptionnel pour la femme ou pour le fœtus. À Malte, par contre, l’avortement est complètement interdit, quelle que soit la situation. En Pologne et à Malte, lorsque les femmes pratiquent l’avortement, elles peuvent encourir jusqu’à 3 ans de prison.

Même ces pays qui pratiquent l’IVG ont des conditions très limitées, par exemple, en Finlande, une femme a le droit d’avorter, mais jusqu’à ses 17 ans seulement…

L’IVG n’est clairement pas acquise en Europe et encore moins dans le reste du monde… On vous rappelle que dans les pays d’Amérique du Sud comme le Chili, l’avortement est strictement interdit. Au Salvador, le journaliste Hugo Clément s’était rendu, pour le média Konbini, dans une prison pour rencontrer des femmes qui purgeaient jusqu'à 30 ans de prison pour avoir avorté et même pour avoir subi une fausse couche.

Aux États-Unis également, avec Donald Trump, les conditions se compliquent. Le président Américain a annoncé que toute clinique pratiquant l’avortement, ou orientant les femmes vers des établissements qui le pratiquent, ne bénéficiera plus de certaines subventionsfédérales.

Le cas de l’Irlande n’est donc pas le seul, et ce petit espoir de référendum ne résout malheureusement pas les autres cas graves. Les dernières estimations concernant le référendum, considèrent que le 'oui' est en tête à 56%, mais qu’il y aurait près de 17% d’indécis. The Irish Times précise que «le résultat n’est pas couru d’avance».

Le cas de l’Irlande n’est donc pas le seul, et ce petit espoir de référendum ne résout malheureusement pas les autres cas graves. Il y a encore beaucoup de boulot pour promettre aux femmes un avenir certain sur leurs grossesses non désirées…

COMMENTS

Publier !

Philippe Nmhrk #1582 - 24/05/18 7:25

Ça avance...

Jess Aubade #1584 - 24/05/18 7:34

une avancée pour les irlandaises bravo

simpleman4704 #1585 - 24/05/18 7:48

je me doutais que la situation était difficile dans de nombreux pays mais je dois dire qu'en 2018 constater que la situation ne change qu'aussi peu est révoltant, c aux femmes de décider, et j'espère vraiment que déjà en Irlande ça va changer

Nova #1586 - 24/05/18 8:54

Pourvu que le résultat du référendum soit mis en application (pas comme chez nous, où le gouvernement prend systématiquement la décision opposée). Il y a mieux à faire que mettre des femmes en prison pour l'usage qu'elles font de leur utérus.

sereine #1588 - 24/05/18 10:11

Encore un triste constat ! Nous sommes en 2018, la Femme n'est pas encore Libre dans son corps... On croise les doigts pour que le résultat de ce référendum offre cette Liberté légitime aux Irlandaises... Tenez nous au courant...

0634 #1589 - 24/05/18 10:14

Merci de rappeler aux femmes régulièrement que leur liberté est toujours fragile et... presque un leurre. Les femmes sont constamment obligée de se battre. Oui les choses avancent mais si lentement... Encore merci merci car vos articles ravivent la conscience collective.

Nana01 #1590 - 24/05/18 10:25

Elles ont du courage et se lient entre elles et se battent ensemble !👍🏻

Rada #1591 - 24/05/18 10:47

La religion est encore très présente en Irlande et le catholicisme, comme toutes les religions, n'est pas tendre avec les femmes. Le sujet avance doucement mais sûrement, c'est bien là le plus important.

Nelly Nelly #1594 - 24/05/18 11:28

Il semble inconcevable qu’en 2018 des femmes ne puissent disposer librement de leurs corps . Après avoir visionné le témoignage de Théodora au Salvador ( merci pour le lien) Je soutiens toutes ces guerrières qui subissent leurs peines injustement . Et je croise les doigts pour demain que l’Irlande fasse le bon choix 🤞🏼

MJ #1605 - 24/05/18 12:16

Ah! On y arrive! 💪🏽💪🏽