Lecture : "Beauté Fatale" de Mona Chollet, le livre qui va vous apprendre à vous accepter enfin

Indispensable dans une bibliothèque

La WTF Team - 13/05/18 10:00

«Quelques grammes en moins et on est anorexique ; quelques grammes en plus et on est enceinte. C’est dur, d’incarner l’épanouissement.»

Parmi les lectures qu’il faut avoir faites, Beauté Fatale, livre écrit par la cheffe d’édition au Monde diplomatique Mona Chollet, fait partie des plus nécessaires. Qui sont vraiment ces grandes industries qui se concentrent autour de la mode et de la beauté? Pourquoi nous aliènent-elles tant ? D’une façon très brute, mais appliquée - l’auteure ne cesse de citer des ouvrages tout au long de ses argumentations – Mona Chollet nous aide petit à petit à ouvrir les yeux. Et en grand.

À ces questions, d’autres interrogations tout aussi évidentes nous tombent dessus. Pourquoi les femmes ne cessent-elles jamais de nourrir cette obsession du détail, du poil, de la vergeture, de la graisse, du bouton, du grain de peau? Sommes-nous en train de devenir des produits? Les médias sont-ils réellement en train de nous faire croire que seule notre apparence compte et serait vecteur de notre réussite ? Il faut croire que oui.

Cette lecture arrive à point nommé si vous vivez une période de votre vie où vous vous dénigrez – souvent pour des raisons futiles, quand par exemple vous restez plantée devant votre miroir pendant 15 minutes dans l’espoir de voir un défaut se volatiliser. Quand vous êtes à deux doigts de pleurer parce que vous voyez un peu plus de cellulite que prévu sur vos cuisses avant l’été et la sacro-sainte épreuve du corps dénudé à la plage. Est-il bikini ready? Est-ce qu’on s’en fout? Oui, on s’en fout. Rien de dramatique. Pourtant, le monde dans lequel on évolue nous pousse à faire de ce détail inintéressant une tragédie. Car on ne serait plus désirable, plus belle, ou moins attirante qu’une autre. Et ça, ce serait la fin du monde.

Car oui, nous sommes bien plus que ça. Nous sommes plus qu’un corps, qu’une paire de seins, qu’un objet de séduction. Nous devons nous débarrasser de toutes ces injonctions culpabilisantes qui visent à nous rendre toujours plus silencieuses.

Mona Chollet nous fait réaliser que non, cette attitude n’est pas typiquement féminine, qu’elle n’est pas ancrée dans l’ADN féminin, comme veulent le faire croire quelques blogueurs et autres polémistes. Non, cette façon de voir les choses est systémique: c’est le fruit d’un paquet d’années de conditionnement qui justifie par A+B qu’une femme belle est auréolée de succès tout au long de sa vie, et que les autres n’ont qu’à se cacher sous leur plaid en pleurant toutes les larmes de leur corps. Bref, que c’est une fin en soi. Et que cette quête sans fin d’une excellence inatteignable cultive avec le temps une haine de soi destructrice.

De façon parfois très dure, Mona Chollet nous ouvre les portes d’un monde qui balance notre cerveau dans la benne à ordures. Comme si nous ne pouvions pas nous intéresser aux sciences et à la politique, au foot et aux voitures en même temps que porter de l’intérêt pour l’art du contouring. Et cette dureté fait du bien, parce qu’elle comble quelque chose: nous nous sentons moins seules, davantage comprises, nous qui sommes parfois tant oubliées.

« Les pressions sur leur physique, la surveillance dont celui-ci fait l'objet sont un moyen rêvé de les contenir, de les contrôler. Ces préoccupations leur font perdre un temps, une énergie et un argent considérables ; elles les maintiennent dans un état d'insécurité psychique et de subordination qui les empêche de donner la pleine mesure de leurs capacités de profiter sans restriction d'une liberté chèrement acquise. »

Tout au long des chapitres, Mona Chollet décortique la publicité, la presse, les séries télé. Pourquoi lorsque la série Mad Men est sortie, les médias ne semblaient intéressés que par les costumes des actriceset pas par le fond du sujet ? Pour quelles raisons on nous incite à prendre confiance en nous et à assumer notre corps quand, quelques pages plus tard, on nous fait l’injonction de «maigrir en 5 astuces» ou de nous acheter cette «robe sexy» hors de prix, comme si notre vie en dépendaitavant de faire une enquête sur les aisselles poilues de Madonna ?

Un livre que l'on vous invite à lire d'urgence. À acheter ici.

COMMENTS

Publier !

cynthia293 #1175 - 13/05/18 10:02

Il est super !! A relire et relire ..merci de le mettre en avant les filles 👌😘

Maaaaaaaaanon_ #1177 - 13/05/18 11:06

Oh mais ça a l’air génial ! Merci pour cette découverte, je ne sais pas une grande lectrice, mais en tout cas je suis parfaitement d’accord avec cet article !

dodoleseum #1178 - 13/05/18 11:23

Enfin .. un livre qui prend le parti de décortiquer la beauté féminine.. ds le vrai sens positif d une femme . A lire .. et réfléchir , se poser les vraies questions . Je sais à qui l Offrir !! Bravo la team !!

Agora29 #1179 - 13/05/18 12:43

Merci pour cet article. Je suis passée à côté de ce bouquin à cause de son titre ambigu. Je pensais qu’il faisait l’éloge d’une beauté idéale et standardisée alors que c’est tout le contraire. Je sais maintenant ce que je vais lire cet été, affalée sur le sable, la cellulite fièrement exposée (mais enduite d’autobronzant, faut pas déconner quand même) 😂

Nana01 #1182 - 13/05/18 13:27

Cet article est tout juste géniale et donne vraiment envie de dévorer ce livre merci à la team WTF 👍🏻📖

0634 #1184 - 13/05/18 16:31

Merci ! Moi aussi le titre m’avait induite en erreur. Demain, je l’achète. Si vous en avez l’occasion, lisez des encyclopédies pour les femmes des années 50. Oui Madmen illustre tout à fait le début du cauchemard des femmes: les médias, les pubs se sont ajoutées à ces livres pour dicter aux femmes cette (inaccessible) perfection qu’elles devaient atteindre et ... qui rapporte tant de bénéfices. Non seulement les femmes ont dû faire des enfants pour repeupler après guerre, mais elles devaient être parfaites non seulement dans leur vie de famille, mais aussi au travail. Ces femmes ont bataillé pour le droit de vote, d’avorter, user de contraception. Elles se sont montrées fortes, courageuse, et... les hommes ont profité de leur désir de prouver leurs capacités à. Ainsi les femmes des années 80 ont dû tout mener de front... Alors à vous de ne pas vous laisser dicter qui vous devez être!

kristoch #1193 - 13/05/18 20:15

perso je me dénigre parce que je me laisse aller et qu'il faut un minimum faire attention! entre le laisser faire complet et les régimes négatifs tendance comme les commentaires de plus en plus, nocifs, il y a un entre deux. Assumer et s'assumer c'est pas assommer et s'assommer de tas de cochonneries qui ne sont pas bonnes pour la santé pas seulement niveau quantités mais aussi qualité! je crois qu'on doit faire attention à vie et s'entretenir, sans être obsédé(e) par ça. manger un peu de tout, en privilégiant la qualité, en se récompensant surtout parce qu'on aime et s'aime et qu'on récolte ce qu'on s'aime! ;) :) et la beauté fatale intérieure on en parle?!

MisterFlowers #1208 - 14/05/18 14:40

😉👍ça a l'air intéressant... Enora l'a lu ?? 💝🙏🌞

Melouch #1245 - 15/05/18 14:16

Oh je vais le lire de ce pas en espérant qu'il m'aide à retrouver un peu de confiance en moi 🤗