"Paye ta note" : la page qui dénonce le sexisme dans le monde de la musique

Sacrées fausses notes

Lola Talik - 26/01/19 12:00

Fatiguée d'avoir à encaisser les remarques désobligeantes des uns et des autres, Agathe, musicienne, a lancé "Paye ta note". Une page qui dénonce le sexisme ordinaire présent dans le monde de la musique.

"Alors, tu couches avec qui dans le groupe ?". Ça, c'est le genre de remarques malaisantes que peuvent essuyer les musiciennes dans leur profession. Un milieu dont on parle peu, mais dans lequel le sexisme fait autant de ravages qu'ailleurs. Et pour que ça cesse, Agathe, musicienne de 35 ans, a décidé de lancer "Paye ta note". Un espace en ligne, sur lequel les femmes du milieu sont invitées à raconter comment le sexisme et le harcèlement sexuel se sont invités dans leur vie, à travers leur profession.

"Ton enfant a bien de la chance", s'est ainsi entendue dire une femme à son retour de congé maternité, à propos de l'allaitement. "Elle joue bien, ok, mais elle est mignonne?", a-t-on demandé à une autre, qui donnait les coordonnées d'une amie à elle, très douée, pour un concert. Ou encore : "Et vous, qu’est-ce que vous êtes jolie !", s'est entendue dire une musicienne, de la part d'un spectateur à la fin d'un concert, après qu'il ait félicité le pianiste pour sa performance, et le guitariste et le saxophoniste pour leur jeu. Car, oui, c'est bien connu : le talent d'une femme n'a pas d'importance, tant qu'elle est bonne.

À lire aussi - "Dans la Bouche d'une Fille" : le compte Insta qui dénonce le sexisme

Ras-le-bol !

"L’idée vient d’un immense ras-le-bol après 15 ans de métier, nous explique Agathe. Si le blog a pris cette forme c’est parce que je suis persuadée que le témoignage factuel est la meilleure manière de se défendre et de dénoncer des propos inadmissibles. À nous toutes, si nous restons factuelles, nous arriverons à nous faire entendre. Bien entendu, je me suis inspirée et inscrite dans la lignée des blogs #PayetaShneick, #PayeTonTournage, et #PayeTablouse".

Se sentir moins seul-e-es

Grâce aux témoignages des unes des autres, "Paye ta note" devient "un espace d’expression anonyme qui permet de se sentir moins seul-e-es", nous confie Agathe. Et d'ajouter : "J’ai réalisé à la lecture des témoignages à quel point les femmes n’ont pas connaissance des organismes qui peuvent les aider et les accompagner en cas de harcèlement. Je ne vous cache pas que devant certains témoignages alarmants que j’ai reçu, j’ai créé une page explicative sur le site de 'Paye ta note', dédiée au harcèlement : définition du harcèlement, quoi faire, qui appeler.

Je souhaiterais que les témoignages de 'Paye ta note' réussissent à faire prendre conscience aux hommes et femmes politiques de l’urgence de la situation. Les témoignages permettent de matérialiser les chiffres de ces études qui sont faites sur la place des femmes : derrière des pourcentages il y a des propos intolérables comme "est ce que tu avales ?".

À lire aussi - Plan national contre le sexisme : quèsaco ?

Éveiller les consciences

L'autre objectif de "Paye ta note", c'est bien sûr d'éveiller consciences. "Je pense que cette page aura un effet libérateur sur les femmes, si elle permet d’éveiller les consciences, et avoir une action positive sur des décisions politiques futures comme par exemple interpeller la secrétaire d’État, chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations sur la situation des femmes dans le milieu de la culture, poursuit Agathe.

J’espère donc que les recommandations comme : la création d’un patrimoine matrimoine (valorisation de l’apport des femmes à l’histoire de la musique), la mise en place de quotas progressifs augmentant la part des femmes, une plus grande place laissée aux femmes dans les postes de décision, ou encore une éducation des étudiants en formation des métiers de la musique à la lutte contre le sexisme, seront mises en place très rapidement".

Il serait temps !

COMMENTS

Publier !