Témoignage - Je n'aime pas le Nouvel An : "comme pour Noël, c'est juste une soirée comme les autres"

Happy new year

La WTF Team - 30/12/18 8:00

LA soirée de l’année, les cotillons, le champagne, la bise à tout le monde… Ce combo qui va avec le Nouvel An, Camille, 26 ans, ne le kiffe pas trop. Faire la fête ? Elle en a, d'ailleurs, rien à faire et elle nous raconte pourquoi.

La nouvelle année. Il y a ceux qui donnent tout pour faire LA soirée du siècle et ceux qui, comme Camille, n’apprécient pas tellement cette fête.

Une fête comme les autres

"Ce n’est pas que je déteste vraiment, c’est surtout que je m’en fiche, comme de Noël et des autres fêtes conventionnelles. Au final, pour moi, c’est juste une soirée comme les autres. Sauf que le 31, tout le monde se met la pression. Il faut aller à THE soirée, s’amuser comme jamais, faire des trucs de dingue etc. Et en janvier, quand tu revois tes collègues ou tes camarades, c’est un peu le battle de qui a passé le meilleur Nouvel An."

La pression sociale

"En réalité, je pense que c’est lié à une sorte de ‘traumatisme’. Car pendant assez longtemps, jusqu’à mes 17 ans, je crois, j’ai dû fêter le Nouvel An avec mes parents pendant que la plupart de mes ami(e)s faisaient déjà des grosses soirées avec leurs potes. Du coup, à la rentrée, j’évitais toujours le sujet ou alors, je m’inventais une soirée stylée, pour faire comme eux et pour rentrer dans le moule."

A lire aussi : notre programme pour chiller après avoir trop bu et trop manger à Noël

S’en foutre

"Quand j’ai pu tester de faire mes propres soirées du Nouvel An, en petit comité, je me suis rendue compte que c’était vraiment juste une soirée comme les autres. Parfois banale, d'autre fois géniale. Il y a deux ans, j’ai décidé de ne pas faire de grosse soirée mais simplement de le fêter avec mon copain. Mais finalement, à cause du 31, on s’est foutu la pression pour passer une soirée ‘cool’. Résultats: ce n’était pas du tout naturel et on était tous les deux, trop gênés. Puis, on s’est dit ‘fuck’, on fait comme d’habitude, on s’en fiche. Finalement, on a passé une trop bonne soirée, loin de la pression, loin de la grosse soirée. On s’est endormi avant minuit, on s’est réveillé vers 2h du matin et on a mis un film."

Tous les ans, c’est la même chose

"C’est fou, tous les ans, cette pression pour rien. L’année dernière, j’ai, de nouveau, tester de fêter le Nouvel An. Je suis allée chez une copine à Lyon qui avait organisé une énorme soirée avec plein de monde. On était 4 à partir, et 4 à se connaître. Finalement, c’était une soirée pire que naze. Personne n’osait se mélanger. De notre côté, on était tous les 4 crevés parce qu’on avait visité Lyon la journée. Un pote était malade et des gros lourds de la soirée mettaient du Patrick Sebastien. L’horreur. Ensuite, pour ‘sauver’ la soirée, on a voulu sortir, parce que voilà, c’est le Nouvel An et il faut s’amuser. On a parcouru toute la ville pour trouver un bar. C’était blindé, le bordel dans les rues. On a fini par s’arrêter dans un bar où la serveuse était torchée, les gens arrachés, le sol dégueulasse. Bref c’était l’angoisse."

Bon, et si, on arrêtait de se mettre la pression pour le 31 ? Après tout, fête ou pas fête, chacun fait bien comme il veut !

COMMENTS

Publier !

Céline #4571 - 30/12/18 16:09

Je suis bien d'accord. J'ai 23 ans et le 31 je m'en fiche, et la pression est ouf. En vrai rester en famille ça me va très bien. Entre les soirée ou il y a que des gens que tu ne connais pas et qui ne se mélangent pas et les soirées ou les gens veulent aller partout et tout faire et au final tu fais rien.