Nos héroïnes hitchcockiennes préférées pour (re)découvrir le travail du maître du cinéma

Blondes, mystérieuses et charismatiques

La WTF Team - 26/12/18 17:00

"Les blondes hitchcockiennes", impossible de faire sans elles pour le maître du cinéma. À la fois héroïnes et victimes, le réalisateur était obsédé par ses actrices et surtout par l’archétype de la femme parfaite qu'elles représentaient. Voici celles qui ont compté pour lui, pour ses films et pour le cinéma.

Kim Novak, Grace Kelly, Tippi Hedren, Vera Miles… toutes avaient les mêmes points communs(sans compter la couleur de leurs cheveux): elles étaient sublimes, sophistiquées, parfois glaciales, mais surtout, elles crevaient l'écran sans même avoir besoin d'ouvrir la bouche. Retour sur les égéries de celui qui reste, aujourd’hui encore, le patron du cinéma.

Kim Novak

Si elle n’a joué que dans ce film, et qu’elle était détestée par le réalisateur, Kim Novak reste, à jamais, le symbole de l’héroïne Hitchcockienne. "Alfred Hitchcock aurait voulu quelqu’un d’autre que moi pour le rôle, et il a essayé de me recréer à l’image de l’actrice initialement choisie. Moi, je cherchais à échapper aux rôles de blondes idiotes", racontait l’actrice. En effet, quand elle est choisie pour jouer dans Vertigo, alias Sueurs Froides, elle n’est qu’un second choix pour remplacer Vera Miles, alors enceinte à l'époque. Pourtant, sans elle, ce chef-d’œuvre du 7ème art ne serait pas le même. Chignon en spirale, tailleurs gris, regard charismatique et touchant... elle y interprète un double rôle, celui de Madeleine et Judy, que le cinéma n’oubliera jamais.

A lire aussi : les 10 héroïnes les plus badass du cinéma

Grace Kelly

Fenêtre sur cour, La main au collet, Le crime était presque parfait… Avant de devenir princesse, Grace Kelly était sur les plateaux de tournage. Et pas n’importe lesquels, ceux d’Alfred Hitchcock ! À l’écran, Grace Kelly était gracieuse, élégante, mystérieuse, vraie. Et une chose est sûre, si elle n’avait pas rejoint la famille royale, elle aurait certainement tourné dans tous les plus grands chefs-d’œuvre d’Alfred Hitchcock.

Tippi Hedren

Elle est celle qui joua dans Les Oiseaux, film qui a traumatisé toute une génération. Elle est, également, celle qui capta l'écran, comme personne, avec Pas de Printemps pour Marnie. Dans ces deux longs-métrages, Tippi Hedren y incarnait la blonde hitchcockienne parfaite. En revanche, si elle fut l'une des muses du réalisateur, ses relations avec lui furent bien plus compliquées. Secrètement amoureux d’elle, le réalisateur l’aurait harcelée à de plusieurs reprises.

Ingrid Bergman

Électrisante. Voilà le mot qui colle parfaitement à la peau de cette héroïne hitchcockienne. Dans Les Enchaînés où elle interprète la fille d’un nazi qui doit infiltrer un réseau d’anciens espions allemands, elle forme avec Cary Grant, l’un des couples les plus cultes et glamours de l’âge d’or d’Hollywood. On la retrouve également dans La maison du docteur Edwardes, avec une présence incontestable. Sans elle, le film n'aurait certainement pas eu la même saveur. Bref, Ingrid, on te kiffe !

Alors, on se ferait pas un petit marathon Hitchcock pendant les vacances ?

COMMENTS

Publier !